4 décembre 2018

Tout s'explique

Une hausse des taxes suspendue pour répondre aux « Gilets jaunes »

Quelles sont les mesures annoncées pour répondre aux « Gilets jaunes » ?

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé ce midi plusieurs mesures pour répondre aux revendications des « Gilets jaunes », nom donné au mouvement initié le 17 novembre pour dénoncer la hausse des taxes sur le carburant et dont les revendications se sont élargies. Alors que les taxes sur le carburant devaient augmenter le 1er janvier 2019, avec un rattrapage pour que le prix du gazole s’approche de celui de l’essence, le Premier ministre a annoncé que ces hausses seraient suspendues pendant six mois. Il en sera de même pour la nouvelle réglementation sur le contrôle technique qui devait s’appliquer à partir du 1er janvier. Le gouvernement s’engage à ce qu’il n’y ait pas de hausse du tarif de l’électricité et du gaz d’ici mai 2019. Un « débat sur les impôts et les dépenses publiques » sera aussi mené sur le territoire national du 15 décembre au 1er mars.

Combien coûteront-elles ?

Avec le report de la mise en place de la hausse des taxes sur les carburants, ainsi que sur le gazole non routier (un carburant utilisé pour les engins mobiles non routiers dans les secteurs agricoles, forestiers, fluviaux ou des travaux publics), le gouvernement prive l’État pendant six mois de recettes pourtant prévues dans le cadre du projet de loi de finances pour 2019, actuellement débattu au Parlement. Cela représenterait un manque à gagner d’au moins 2 milliards d’euros, selon un calcul effectué par l’Agence France-Presse. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a assuré que « le cap de réduction de la dette sera tenu » afin que la France respecte les engagements européens, qui imposent que le déficit public des États membres ne dépasse pas 3 % du PIB. Le déficit public initialement prévu dans le projet de loi finances pour 2019 est de 2,8 %.

Quelles sont les réactions des « Gilets jaunes » ?

Plusieurs porte-parole des « Gilets jaunes » ont réagi aux annonces du Premier ministre. C’est notamment le cas d’Éric Drouet, chauffeur routier de Melun qui a cofondé un groupe Facebook de « Gilets jaunes » avec Priscilla Ludosky, initiatrice de la pétition à l’origine du mouvement. Peu après les annonces d’Édouard Philippe, il a déclaré sur Facebook qu’il participerait à la manifestation prévue samedi à Paris et sur BFMTV que la mobilisation se poursuivrait « tant qu’il n’y aura pas de réels changements ». Benjamin Cauchy, signataire dimanche d’une tribune dans le JDD exprimant des revendications et condamnant « toutes les formes de violences », a déclaré ce midi sur RTL que les « moratoires ne sont pas suffisants » et que les « Gilets jaunes » attendent non pas la suspension, mais « l’annulation de la hausse des taxes sur les carburants » et une « vraie équité sociale dans notre pays ».