• Impôt sur la fortune. Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a déclaré ce matin sur RTL que l’impôt sur la fortune immobilière qui a remplacé l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en janvier ferait l’objet d’une évaluation à l’automne 2019. « Si ça ne fonctionne pas, on y renoncera », a-t-il précisé à propos de cet impôt dont le but est de favoriser l’investissement des particuliers fortunés dans les entreprises en exemptant de taxes les placements financiers. Le rétablissement de l’ISF est une des revendications au sein du mouvement de protestation des « Gilets jaunes ».

  • Report face aux « Gilets jaunes ». Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a annoncé sur CNews que les ordonnances rattachées à la loi sur l’agriculture et l’alimentation adoptée en octobre étaient reportées en raison du mouvement des « Gilets jaunes ». Ces ordonnances concernent notamment le relèvement du seuil de revente à perte (prix en dessous duquel les distributeurs ne peuvent revendre un produit) et la limitation des promotions. Alors qu’elles devaient être présentées aujourd’hui en Conseil des ministres, elles seront appliquées « en janvier ou février », a affirmé le ministre.

  • La Bulgarie face à l’immigration. Le gouvernement bulgare a annoncé sa décision de ne pas adhérer au pacte de l’ONU sur les migrations et de ne pas participer à la conférence intergouvernementale prévue les 10 et 11 décembre à Marrakech au Maroc. Juridiquement non contraignant, ce pacte visant à réguler les flux migratoires entre les pays de l’ONU doit y être définitivement adopté. Plusieurs pays européens, dont l’Italie et la Hongrie, ont déjà annoncé qu’ils ne signeraient pas ce pacte et ne se rendraient pas à la conférence prévue au Maroc.

  • Affaire Khashoggi. Le président de la commission des affaires étrangères du Sénat des États-Unis, Bob Corker, membre du Parti républicain, a déclaré hier soir n’avoir « aucun doute » sur le fait que le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, ait « dirigé le meurtre » du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en Turquie le 2 octobre. Bob Corker avait auparavant participé à une réunion au cours de laquelle Gina Haspel, la directrice de la CIA, une agence de renseignement américaine, a détaillé à un groupe de sénateurs les résultats d’une enquête sur l’affaire. Le président américain, Donald Trump, avait affirmé le 20 novembre que l’enquête de la CIA n’avait « rien trouvé d’absolument certain » sur la responsabilité du prince héritier.