• Taxes sur les carburants. L’Élysée a annoncé hier soir que la hausse des taxes sur les carburants prévue pour le 1er janvier n’était plus reportée de six mois, comme l’avait annoncé le gouvernement mardi, mais annulée. Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a déclaré ce matin sur France Inter que le manque à gagner pour l’État serait de 4 milliards d’euros pour 2019.

  • Taxe sur les géants du numérique. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a affirmé ce matin sur France 2 que la France mettrait en place unilatéralement en 2019 une taxation des grandes entreprises du numérique comme Google, Apple, Facebook et Amazon si les pays européens ne parvenaient pas à se mettre d’accord. Réunis mardi, les ministres des Finances de l’Union européenne ont refusé de valider une proposition franco-allemande de taxe concernant les revenus publicitaires de ces grands groupes et non plus l’intégralité de leur chiffre d’affaires comme l’avait initialement proposé la Commission européenne.

  • Manifestations lycéennes. Environ 200 collèges et lycées ont été bloqués ou perturbés au quatrième jour d’un mouvement de protestation contre les réformes du lycée, du baccalauréat et de l’accès à l’enseignement supérieur. 146 personnes ont été interpellées après des heurts avec la police et l’incendie de deux voitures près du lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines.

  • Entente sur les prix. L’Autorité de la concurrence, une autorité administrative indépendante, a condamné six fabricants d’électroménager pour s’être « concertés sur des hausses de prix » entre 2006 et 2009. Elle a infligé à Eberhardt Frères (Liebherr), Candy Hoover, BSH (Bosch, Siemens), Indesit, Electrolux et Whirlpool des amendes allant d’un million d’euros à 56 millions d’euros.

  • Une dirigeante de Huawei arrêtée au Canada. Le département de la Justice du Canada a annoncé hier soir l’arrestation samedi à Vancouver de la directrice financière du groupe de télécommunications chinois Huawei, Meng Wanzhou, précisant que les États-Unis avaient demandé son extradition, mais sans donner de détail sur les faits qui lui sont reprochés. Le Wall Street Journal a révélé en avril que la justice américaine avait ouvert une enquête contre Huawei pour violation des sanctions imposées par les États-Unis contre l’Iran.