• Violences lors d’une journée d’action des « Gilets jaunes ». La troisième journée de manifestation organisée samedi dernier dans le cadre du mouvement des « Gilets jaunes » a donné lieu à des violences et des dégradations, en particulier à Paris : 263 personnes ont été blessées, dont 81 membres des forces de l’ordre, d’après le ministère de l’Intérieur. 412 personnes ont été interpellées à Paris, dont 99 ont été jugées en comparution immédiate. 20 condamnations à des peines de prison ferme ont été prononcées dès lundi. En France, 136 000 personnes ont participé à la journée de mobilisation, contre 166 000 le 24 novembre et 282 000 le 17 novembre, selon le ministère de l’Intérieur.

  • Revers pour le gouvernement britannique. Par 311 voix contre 293, une majorité de membres de la Chambre des communes ont reconnu mardi le gouvernement britannique coupable d’« outrage au Parlement » pour avoir refusé de publier l’intégralité d’une analyse juridique officielle de l’accord sur le Brexit conclu avec l’Union européenne. Aux votes de la quasi-totalité des députés d’opposition travaillistes se sont ajoutés ceux de plusieurs membres du Parti conservateur au pouvoir et des membres du DUP, le parti nord-irlandais avec lequel il a formé une alliance. Les parlementaires sont appelés mardi à approuver ou à rejeter l’accord sur le Brexit.

  • Une dirigeante de Huawei arrêtée au Canada. Le département de la Justice du Canada a annoncé jeudi que la directrice financière et fille du fondateur du groupe de télécommunications chinois Huawei, Meng Wanzhou, avait été arrêtée samedi dernier à la demande des États-Unis, qui ont réclamé son extradition. Le Wall Street Journal a révélé en avril que la justice américaine avait ouvert une enquête contre Huawei pour violation des sanctions imposées par les États-Unis contre l’Iran. Le ministère chinois des Affaires étrangères a demandé des clarifications au Canada et aux États-Unis et réclamé la libération immédiate de Meng Wanzhou. Une loi américaine promulguée cet été interdit à compter de 2019 aux organismes publics de s’équiper de matériel provenant de cinq entreprises chinoises, dont Huawei, pour des raisons de sécurité.

  • Lycées bloqués et interpellations critiquées. 400 lycées étaient perturbés, dont 84 bloqués, hier pour contester la réforme du baccalauréat et la mise en place de la plateforme Parcoursup, le dispositif d’affectation des lycéens dans des établissements d’enseignement supérieur. Environ 150 personnes ont été interpellées jeudi à Mantes-la-Jolie (Yvelines), après l’incendie de plusieurs véhicules et des affrontements avec la police. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre des dizaines d’adolescents arrêtés par la police, agenouillés, les mains sur la tête. Le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a déclaré hier avoir ouvert une enquête sur les conditions de ces interpellations.