14 décembre 2018

C'est leur avis

On croit en fonction de son intérêt

Interrogé ce matin sur France Inter, le sociologue Gérald Bronner analyse le développement de théories du complot au sujet de l’attentat de Strasbourg et estime qu’il s’agit d’une mécanique classique.

« Le complotisme fait souvent une confusion entre deux phénomènes qui arrivent en même temps. Il considère que l’un a créé l’autre. C’est la confusion entre corrélation et causalité. […] À Strasbourg, il y a un attentat qui survient en même temps qu’un mouvement social, donc cet attentat n’arrive pas par hasard. Cet attentat a été créé pour empêcher le succès du mouvement social. […] L’intérêt marque souvent la raison de croire. Souvenez-vous dans l’affaire DSK, à New York, est-ce un complot, n’est-ce pas un complot ? Quand on avait fait un sondage sur cette question, les plus nombreux à croire que c’était un complot, c’était les membres du Parti socialiste ou les sympathisants du Parti socialiste. » Gérald Bronner