• Démission aux États-Unis. Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a présenté hier soir sa démission pour le 28 février en évoquant des divergences de vues avec le président, Donald Trump, en particulier au sujet du traitement des alliés des États-Unis. En septembre, James Mattis avait affirmé la nécessité que les troupes américaines restent en Syrie pour éviter une résurgence du groupe djihadiste État islamique, mais Donald Trump a annoncé mercredi qu’il allait les faire quitter le pays.

  • Turquie et Syrie. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a salué la décision de Donald Trump de retirer les troupes américaines de Syrie. Il a déclaré qu’une conversation téléphonique avec le président des États-Unis l’avait amené à reporter l’opération militaire qu’il avait annoncée récemment contre les Kurdes qui occupent une partie du nord de la Syrie. Recep Tayyip Erdogan a précisé que l’armée turque comptait toujours mener cette offensive dans les prochains mois pour « éliminer » la milice kurde des YPG, qu’il considère comme des terroristes, et les survivants du groupe État islamique.

  • Démission acceptée en Belgique. Le roi Philippe de Belgique a accepté la démission du gouvernement de Charles Michel et l’a chargé de l’expédition des affaires courantes jusqu’aux prochaines élections législatives, prévues en mai. Le président de la Chambre des représentants et le Premier ministre devront informer le roi « à intervalles réguliers » de l’avancement de leurs travaux.

  • Un djihadiste arrêté à Djibouti. Le djihadiste français Peter Cherif, proche des frères Kouachi qui ont commis l’attentat contre Charlie Hebdo de janvier 2015, a été arrêté il y a plusieurs jours à Djibouti, dans l’est de l’Afrique, a révélé hier soir le magazine Marianne. Capturé en 2004 en Irak où il était parti combattre la coalition dirigée par les États-Unis, il s’était évadé de prison avant d’être arrêté en 2008 en Syrie, d’être extradé vers la France, puis de disparaître en 2011 alors qu’il comparaissait libre devant le tribunal correctionnel de Paris.

  • Record de chaleur. 2018 a été l’année la plus chaude qu’ait connue la France métropolitaine depuis le début des relevés météorologiques en 1900, a annoncé aujourd’hui Météo France. « La moyenne de la température annuelle, proche de 14 °C, devrait se situer 1,4 °C au-dessus de la moyenne de référence 1981-2010 », a précisé l’organisme public.