28 décembre 2018

Tout s'explique

Les élections en République démocratique du Congo

Comment s’organisent les élections ?

La commission en charge de l’organisation des élections présidentielle, législatives et provinciales prévues dimanche en République démocratique du Congo (RDC) a décidé mercredi de reporter à mars les scrutins dans trois régions du pays en raison de violences et d’une nouvelle épidémie d’Ebola. Cependant, elle a fixé dans la même décision au 15 janvier la proclamation officielle des résultats de l’élection présidentielle et au 18 janvier la prestation de serment du nouveau président. Deux candidats d’opposition ont appelé la commission à renoncer au report. Les régions concernées représentent 1,2 million d’inscrits sur un total de 40 millions d’électeurs. Organisées après trois reports en deux ans, les élections de dimanche sont les premières en RDC depuis 2011. L’élection présidentielle doit désigner le successeur de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001.

Pourquoi le représentant de l’UE est-il expulsé ?

Le ministre des Affaires étrangères congolais a enjoint hier le représentant de l’Union européenne à quitter le pays dans les 48 heures. Il s’agit officiellement d’une mesure de rétorsion après la prolongation, le 10 décembre, des sanctions européennes (gel des avoirs et interdiction de voyager dans l’UE) visant 14 officiels congolais. Parmi eux figure le candidat à l’élection présidentielle Emmanuel Ramazani Shadary, soutenu par le président sortant, Joseph Kabila. Ministre de l’Intérieur entre décembre 2016 et février 2018, il a supervisé la répression de manifestations contre le pouvoir. Dans le Journal officiel de l’Union européenne du 29 mai 2017, dressant une liste de personnalités sanctionnées, il lui est reproché « la récente arrestation d’activistes et de membres de l’opposition », ainsi que « l’usage disproportionné de la force ».

Quelle est la situation du pays ?

Depuis l’indépendance du pays en 1960, aucune transition politique ne s’est effectuée pacifiquement. Le mandat de Joseph Kabila expirait fin 2016, mais celui-ci a annoncé en octobre le report des élections pour réviser le fichier électoral. Un accord signé entre les principaux partis le 31 décembre 2016 a instauré une période de transition avec le maintien au pouvoir de Joseph Kabila, jusqu’à l’élection présidentielle fixée fin 2017, finalement reportée à dimanche dernier, puis à ce dimanche. Début 2018, des manifestations réclamant le respect du calendrier initial ont été réprimées, faisant plusieurs morts. Peuplée de plus de 81 millions d’habitants, selon l’ONU, la RDC est l’un des pays les plus pauvres d’Afrique. Elle se situe au 176e rang (sur 189 pays) dans l’indice de développement humain calculé par l’ONU.