2 janvier 2019

C'est leur avis

La fin du mea culpa

Journaliste au service politique du Point, Erwan Bruckert estime qu’Emmanuel Macron a tourné la page du « mea culpa » et des « amendes honorables » dans ses vœux adressés aux Français le soir du 31 décembre.

« Le président de la République s’est même lancé dans une contre-argumentation pour mettre en avant les forces du pays et répondre aux procès en ultralibéralisme qui lui sont faits. Donnant presque l’impression de vouloir délégitimer les mouvements sociaux des dernières semaines. Le tournant de cette intervention : “Cessons de nous déconsidérer ou de faire croire que la France serait un pays où les solidarités n’existent pas, où il faudrait dépenser toujours davantage”, a martelé le chef de l’État. […] C’est donc un nouveau contrat que souhaite passer Emmanuel Macron avec sa population : “Soyez conscients des atouts de notre pays”, semble-t-il demander. En retour, le président affirme solennellement – presque trop ? – être “au travail” pour que chaque Français retrouve “la maîtrise de son quotidien, de son destin”. Accepteront-ils de le signer ? Le grand débat national commence dans 15 jours… » Erwan Bruckert