4 janvier 2019

Tout s'explique

Impasse sur le « shutdown » aux États-Unis

Pourquoi une partie des agences fédérales américaines sont-elles paralysées ?

Depuis le 22 décembre, environ un quart des agences fédérales sont paralysées en raison d’un désaccord entre le Congrès (les deux chambres du Parlement américain) et le président américain sur le budget fédéral pour 2019. Donald Trump n’envisage de signer la loi sur le budget qu’à condition qu’un financement de plus de 5 milliards de dollars soit prévu pour la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique, suivant sa promesse de campagne pour lutter contre l’immigration clandestine. Les parlementaires démocrates s’opposent à la construction de ce mur. « Un mur, selon moi, est immoral. C’est le moyen le moins efficace de protéger la frontière et le plus coûteux », a déclaré la parlementaire démocrate Nancy Pelosi dans une interview pour Elle le 2 janvier. Celle-ci a été élue hier présidente de la Chambre des représentants, un poste qu’elle avait déjà occupé de 2007 à 2011.

Où en sont les discussions pour mettre fin au « shutdown » ?

La 116e session du Congrès américain s’est ouverte hier, avec une nouvelle majorité démocrate à la Chambre des représentants. Celle-ci a aussitôt adopté deux textes afin de mettre fin au « shutdown », l’un assurant le financement du département de la Sécurité intérieure jusqu’au 8 février, le temps de trouver un compromis sur la question de la frontière avec le Mexique, et l’autre assurant un financement pour les autres agences jusqu’à fin septembre, fin de l’année fiscale. Mais le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a rejeté ces dispositions, jugeant qu’elles n’avaient aucune chance de recueillir une majorité au Sénat et d’obtenir une signature présidentielle. Une nouvelle rencontre entre Donald Trump et des parlementaires démocrates et républicains est prévue aujourd’hui pour tenter de trouver un accord.

Quel est l’impact de ce « shutdown » sur la société américaine ?

Le « shutdown » actuel concerne environ un quart des agences fédérales, dont les départements de la Sécurité intérieure, du Commerce ou des Transports, les budgets alloués aux autres ayant déjà été validés. Plus de 800 000 fonctionnaires américains sont concernés. La plupart sont forcés de prendre un congé sans solde, leur activité étant considérée comme « non essentielle ». C’est le cas des agents travaillant dans les musées, les parcs nationaux ou à la collecte des impôts. Ceux dont l’activité est considérée comme essentielle, tels que les employés des douanes ou les agents des services de renseignement, doivent continuer à travailler sans salaire, même si un versement peut être prévu ultérieurement. Il s’agit du troisième « shutdown » depuis le début du mandat de Donald Trump. Le plus long de l’histoire américaine a duré 21 jours, en 1996, selon le Service de recherche du Congrès.