9 janvier 2019

Ça se chiffre

La chute du diesel

Les ventes de voitures diesel ont de nouveau fortement reculé en 2018, selon des chiffres publiés le 1er janvier par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). Elles n’ont représenté que 39 % des immatriculations de voitures particulières neuves, contre 55 % pour les motorisations essence. En 2012, leur proportion atteignait 73 %. Dans son analyse annuelle de l’industrie automobile française, publiée en 2018, le CCFA constatait la « décroissance brutale » du diesel, estimant qu’elle avait été « amorcée par le succès des modèles essence », « accélérée par les fraudes (ou soupçons), puis amplifiée par les restrictions de circulation ». Des scandales de fraude aux émissions polluantes des véhicules diesel ont affecté plusieurs constructeurs automobiles depuis la révélation d’un dispositif de tricherie chez l’allemand Volkswagen. La ville de Paris a adopté en mars un plan prévoyant l’interdiction de la circulation des véhicules diesel dans la capitale en 2024.