14 janvier 2019

C'est leur avis

Theresa May victime de sa rigidité

La Chambre des communes britannique doit voter demain soir sur l’accord de sortie du Royaume-Uni de l’UE. Correspondante du média allemand Deutsche Welle à Londres, Birgit Maass estime que la Première ministre britannique, Theresa May, s’est enfermée dans une vision trop rigide de sa mission.

« Son sens du devoir et sa ferme détermination imposent le respect même de la part de ses opposants. Mais il semble que malgré tout ce zèle, elle ait perdu ses valeurs morales. Elle paraît obsédée par une mission prétendument historique, à savoir la mise en œuvre de la volonté de la majorité de ceux qui ont voté lors du référendum sur le Brexit. Arrêter l’immigration non contrôlée de citoyens européens au Royaume-Uni semble être son Graal. Dès le départ, elle s’est imposée, ainsi qu’à son équipe de négociation, certaines “lignes rouges” trop rigides, par exemple le départ du Marché unique et de l’Union douanière. Aujourd’hui, elle essaie en vain de pousser la Chambre des communes divisée à adopter son approche – qu’il n’y a qu’un seul accord possible. » Birgit Maass