• Lancement du grand débat national. En déplacement dans la commune de Grand Bourgtheroulde, dans l’Eure, Emmanuel Macron a lancé cet après-midi le grand débat national, qu’il avait annoncé en décembre pour répondre à la mobilisation des « Gilets jaunes ». Il durera jusqu’au 15 mars et permettra aux citoyens de s’exprimer lors de débats organisés à différentes échelles, du quartier à la ville, ainsi que sur une plateforme numérique qui sera accessible le 21 janvier.

  • Avis favorable à la PMA. La mission parlementaire sur la loi de bioéthique, dont le rôle est de préparer le débat législatif, a rendu un rapport dans lequel elle préconise l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes et son remboursement par la Sécurité sociale. Elle se dit également favorable à la levée de l’anonymat des donneurs de sperme et à l’autorisation de la PMA post-mortem, c’est-à-dire avec le sperme ou un embryon conservé par le couple avant le décès du père.

  • Le glyphosate en question. Le tribunal administratif de Lyon a annulé l’autorisation de mise sur le marché du Roundup Pro 360, un désherbant contenant du glyphosate commercialisé par l’entreprise Monsanto, estimant qu’elle représentait « une erreur d’appréciation au regard du principe de précaution ». Deux spécialistes du plagiat scientifique ont par ailleurs rendu aujourd’hui un rapport commandité par des députés européens montrant que l’expertise sur laquelle s’est appuyée l’Union européenne pour réautoriser le glyphosate pendant cinq ans en 2017 a été largement copiée sur des documents des fabricants du produit.

  • Émeutes au Zimbabwe. Des affrontements entre des manifestants et les forces de l’ordre ont fait trois morts, dont un policier, hier dans plusieurs villes du Zimbabwe, a déclaré aujourd’hui une porte-parole de la police du pays. Le mouvement de protestation a été lancé à la suite de la décision samedi du président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, de multiplier par plus de deux les prix des carburants.

  • Le Canada face à la Chine. Le ministère canadien des Affaires étrangères a mis en garde hier soir ses ressortissants se rendant en Chine contre le « risque d’application arbitraire des lois locales » après la condamnation à mort hier d’un Canadien arrêté en 2014 pour trafic de drogue. Les autorités chinoises ont émis aujourd’hui un avertissement similaire à leurs citoyens voyageant au Canada. Les relations entre les deux pays se sont dégradées depuis l’arrestation début décembre au Canada de la directrice financière et fille du fondateur du groupe de télécommunications chinois Huawei.

  • Vote sur le Brexit. Les députés britanniques doivent voter ce soir sur le projet d’accord de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le parti conservateur de Theresa May est divisé sur ce texte. Plusieurs dizaines de parlementaires ont annoncé leur intention de s’opposer à l’accord conclu avec l’UE.