• Benalla en garde à vue. L’ancien chargé de mission de l’Élysée Alexandre Benalla a été placé en garde à vue dans l’enquête sur son utilisation de passeports diplomatiques après son licenciement de l’Élysée cet été. Le parquet de Paris a précisé que l’enquête, ouverte le 29 décembre, avait été étendue aux infractions de « faux, usage de faux et obtention indue d’un document administratif » après un signalement de la présidence de la République.

  • Soupçons sur Alstom et General Electric. Le député Les Républicains Olivier Marleix, ancien président d’une commission d’enquête parlementaire sur les décisions de l’État en matière de politique industrielle créée en octobre 2017, a saisi le parquet de Paris [€] pour des soupçons de corruption lors de la vente fin 2014 de la branche énergie de l’entreprise française Alstom à l’américain General Electric. Hier est paru un livre intitulé « Le Piège américain », dans lequel Frédéric Pierucci, ancien patron d’une des filiales d’Alstom, accuse la justice américaine d’avoir utilisé son arrestation en 2013 dans une affaire de corruption pour forcer Alstom à accepter la vente à General Electric.

  • Plan français face au Brexit. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a annoncé le déclenchement d’un « plan lié à un Brexit sans accord ». Il a précisé que ce plan comportait des mesures législatives et juridiques visant à « faire en sorte qu’il n’y ait pas d’interruption de droits » des citoyens et des entreprises français au cas où le Royaume-Uni quitterait l’Union européenne le 29 mars sans un accord sur ses futures relations avec les 27 États membres restants. Édouard Philippe a également annoncé un investissement d’environ 50 millions d’euros dans les ports et aéroports français, en vue d’un rétablissement du contrôle des marchandises.

  • Brexit et Parlement britannique. Les élus de la Chambre des communes britannique ont rejeté hier soir par 325 voix contre 306 la motion de censure du gouvernement déposée par le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn. La Première ministre, Theresa May, a commencé hier soir des pourparlers avec les dirigeants des partis de l’opposition pour discuter d’une nouvelle version du projet d’accord sur le Brexit qu’elle doit présenter d’ici lundi aux députés, ceux-ci ayant rejeté le texte mardi. Jeremy Corbyn a refusé de la rencontrer tant qu’elle n’écarterait pas la possibilité d’un Brexit sans accord.

  • Tsipras conforté par le Parlement grec. Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a remporté hier soir un vote de confiance au Parlement en obtenant le soutien de 151 députés contre 148. Il avait demandé ce vote dimanche après la démission du ministre de la Défense, Panos Kammenos, fondateur d’un parti souverainiste membre de la coalition au pouvoir, qui protestait contre un accord mettant fin à la dispute entre la Grèce et l’ex-république yougoslave de Macédoine sur le nom de ce pays.

  • Gbagbo maintenu en détention. La Cour pénale internationale (CPI) a suspendu hier soir la remise en liberté de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de l’ex-chef du mouvement politique nationaliste des Jeunes Patriotes, Charles Blé Goudé, après l’appel déposé par la procureure Fatou Bensouda. La CPI avait acquitté mardi les deux hommes, poursuivis pour crimes contre l’humanité pendant la crise électorale de 2010-2011, en considérant que la procureure n’avait « pas fourni des preuves suffisantes » de leur responsabilité.