21 janvier 2019

Tout s'explique

Deuxième édition pour Parcoursup

Que recommande le Défenseur des droits concernant Parcoursup ?

Mise en place l’an dernier, la plateforme d’affectation dans l’enseignement supérieur Parcoursup sera accessible demain aux candidats passant leur bac cette année. Jacques Toubon, le Défenseur des droits, une autorité administrative indépendante, a rendu publique aujourd’hui une décision réclamant plus de « transparence » dans le fonctionnement de la plateforme. Il enjoint au ministère de l’Enseignement supérieur de rendre publiques au préalable toutes les informations relatives au traitement et à l’évaluation des candidatures. Il souhaite que la possibilité de mobilité géographique soit « effective » et affirme que le critère du lycée d’origine pour départager des candidats « peut être assimilé à une pratique discriminatoire ». Il demande également la mise en œuvre de « mesures d’accompagnement » pour les candidats en situation de handicap.

Quelles sont les nouveautés de la plateforme ?

Le ministère de l’Enseignement supérieur a apporté plusieurs modifications à la plateforme pour répondre à des critiques émises l’an dernier. En septembre, il avait déclaré que la durée du processus avait en effet « entretenu un sentiment d’insécurité », avec plus de 60 000 candidats (sur 812 000) encore sans affectation fin août. La procédure a donc été accélérée avec des réponses des formations prévues à partir du 15 mai 2019, soit une semaine plus tôt que l’an dernier, et des délais de réponse des candidats plus courts. La phase principale d’admission s’achèvera le 19 juillet, au lieu de s’étirer jusqu’en septembre. Trois « points d’étape » sont prévus pour permettre aux candidats de confirmer les vœux qu’ils souhaitent maintenir et de solliciter un accompagnement. À partir du 25 juin, un « répondeur » permettra de valider automatiquement une proposition d’admission, après une hiérarchisation des vœux qui n’était pas accessible l’an dernier.

Pourquoi le dispositif d’orientation post-bac avait-il été changé ?

Mise en place par la loi sur l’orientation et la réussite des étudiants, promulguée le 8 mars 2018, la plateforme Parcoursup a remplacé APB (Admission post-bac), le dispositif précédent d’affectation dans l’enseignement supérieur, en service depuis 2009. Ce changement visait principalement à supprimer le tirage au sort auquel certaines filières très demandées avaient recours pour départager les candidats, comme en médecine ou pour les études de sport. En précisant les acquis et les compétences attendus dans chaque formation et en mettant en place des critères d’examen spécifiques à chacune, Parcoursup visait également à diminuer l’abandon en première année à l’université, qui concernait 31 % des inscrits selon un rapport de 2017 du ministère de l’Enseignement supérieur, et à garantir la réussite dans ces filières, alors que seuls 28 % des étudiants de licence parvenaient à obtenir leur diplôme en trois ans.