24 janvier 2019

Tout s'explique

Nouvelle gouvernance pour Renault

Qu’a décidé le conseil d’administration ?

Le conseil d’administration du constructeur automobile Renault s’est réuni ce matin pour doter l’entreprise d’une nouvelle gouvernance. Anticipant cette décision, Carlos Ghosn, jusque-là PDG, incarcéré au Japon, a présenté sa démission dans la nuit. Les administrateurs ont décidé de dissocier la fonction de président du conseil de celle de directeur général, attribuant la première à Jean-Dominique Senard, l’actuel président du fabricant de pneus Michelin, et la seconde à Thierry Bolloré, qui assurait l’intérim à la tête de Renault depuis l’arrestation de Carlos Ghosn le 19 novembre. Le conseil d’administration a également décidé que Jean-Dominique Senard serait « l’interlocuteur principal » de Nissan et de Mitsubishi, les deux partenaires avec lesquels Renault a noué une alliance stratégique.

Qui est Jean-Dominique Senard ?

Président de Michelin depuis 2012, Jean-Dominique Senard, 65 ans, conservera ce poste jusqu’à la fin de son mandat, prévu en mai, en plus de ses nouvelles fonctions chez Renault. Jean-Dominique Senard est diplômé de l’école de commerce HEC. Il a travaillé pour le groupe pétrolier Total, le fabricant de matériaux Saint-Gobain et l’entreprise d’aluminium Pechiney. « C’est un grand industriel, un homme qui a une conception sociale de l’entreprise », déclarait la semaine dernière le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Invité de La Voix du Nord en décembre, Jean-Dominique Senard avait affirmé que la recherche exclusive du profit conduit les entreprises « dans le mur ». En 2015, dans une interview à l’AFP, il avait défendu le fait que « l’accord d’entreprise prenne le pas sur la convention collective, voire sur la législation ». Cette idée avait été l’une des principales mesures de la loi El Khomri, adoptée en 2016.

Quel est le bilan de Carlos Ghosn ?

Mis en examen au Japon pour des soupçons de minoration de ses revenus auprès des autorités boursières et d’imputation à Nissan, dont il était aussi le PDG, de pertes réalisées dans le cadre de placements personnels, Carlos Ghosn avait été nommé directeur général de Renault en 2005. Il en avait également pris la présidence après le départ de Louis Schweitzer en 2009. Sous sa direction, le groupe Renault a accru sa présence internationale, diversifié ses modèles et augmenté ses ventes – elles sont passées de 2,5 millions de véhicules en 2005 à 3,9 millions en 2018. L’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est depuis 2017 le premier constructeur mondial d’automobiles. Son mandat a également été marqué par de fausses accusations d’espionnage contre des cadres de l’entreprise, par plusieurs suicides de salariés et par les délocalisations – les effectifs en France sont passés de 70 200 salariés en 2005 à 47 700 en 2017.