25 janvier 2019

Tout s'explique

Les États-Unis s’enlisent dans un désaccord budgétaire

Quel a été le résultat du vote d’hier au Sénat ?

Le « shutdown », le blocage partiel des administrations publiques américaines, se poursuit après le rejet hier au Sénat de deux propositions de texte destinées à mettre un terme au désaccord budgétaire que connaissent les États-Unis depuis le 22 décembre. Portées pour l’une par les Républicains, majoritaires avec 53 sièges sur 100, et pour l’autre par les Démocrates, elles ont échoué hier soir à recueillir les 60 voix nécessaires. Le désaccord porte sur le financement de 5,7 milliards de dollars que Donald Trump souhaite obtenir pour la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique afin de lutter contre l’immigration clandestine, tandis que les Démocrates réclament d’autres moyens de contrôle. Samedi, le président américain avait proposé en échange d’allonger de trois ans les protections offertes sous la présidence de Barack Obama à des immigrés arrivés illégalement dans le pays alors qu’ils étaient enfants.

Comment Nancy Pelosi s’oppose-t-elle à Donald Trump ?

Les élections de mi-mandat organisées en novembre ont permis aux Démocrates de reprendre le contrôle de la Chambre des représentants. Nancy Pelosi, qui y dirige les Démocrates depuis 2003, a été élue le 3 janvier présidente de cette chambre basse du Congrès américain. Elle mène depuis, avec le chef de la minorité démocrate au Sénat, l’opposition au projet de budget de Donald Trump. Elle a déclaré au début du mois que le président n’aurait « pas d’argent pour le mur ». La semaine dernière, estimant que l’interruption du financement de l’agence en charge de la sécurité du président ne permettait plus de garantir celle-ci, Nancy Pelosi a recommandé à Donald Trump de repousser son discours sur l’état de l’Union, que le président des États-Unis prononce traditionnellement devant la Chambre des représentants et qui devait se tenir le 29 janvier. Hier, Donald Trump a fini par se plier à cette exigence et a annoncé qu’il prononcerait ce discours une fois la crise budgétaire réglée.

Quelles sont les conséquences du « shutdown » ?

L’entreprise d’analyse financière américaine S&P a estimé dans une note publiée le 11 janvier que le blocage des administrations publiques américaines coûtait au PIB du pays environ 1,2 milliard de dollars par semaine. Elle ajoutait que le coût total atteindrait deux semaines plus tard – c’est-à-dire aujourd’hui – le coût estimé du mur réclamé par Donald Trump. L’agence remarquait que la somme pouvait sembler faible rapportée aux plus de 19 000 milliards de dollars de PIB annuel des États-Unis, mais que l’impact était important pour les travailleurs devant faire face à leurs dépenses quotidiennes sans salaire. 800 000 fonctionnaires et de nombreux sous-traitants sont depuis le 22 décembre mis en congé sans solde ou forcés à travailler sans être payés. Certains se tournent vers des banques alimentaires pour subvenir à leurs besoins. Selon la responsable de la banque alimentaire de New York, la situation est « presque équivalente à ce qu’il faut mettre en place pour une catastrophe naturelle ».