29 janvier 2019

Tout s'explique

Contrats et droits de l’homme pour Macron en Égypte

Comment a été abordée la question des droits de l’homme par Emmanuel Macron en Égypte ?

Emmanuel Macron a terminé aujourd’hui une visite officielle de trois jours en Égypte. Il a évoqué hier au cours d’une conférence de presse avec son homologue Abdel Fattah al-Sissi le sort des libertés individuelles en Égypte. Il a notamment dénoncé l’emprisonnement d’opposants politiques, de journalistes et d’activistes. « L’Égypte ne compte pas sur ses blogueurs pour ses réformes économiques et religieuses, mais sur sa persévérance », a rétorqué Abdel Fattah al-Sissi. Le président français a revu sa position par rapport à octobre 2017. Il avait alors accueilli en France Abdel Fattah al-Sissi et avait déclaré qu’il n’avait pas à lui « donner de leçons » sur le sujet des droits de l’homme. Il a affirmé dimanche devant des journalistes que les choses avaient « empiré depuis ». Plusieurs ONG, dont Amnesty et Human Rights Watch, avaient demandé à Emmanuel Macron d’évoquer « la situation catastrophique des droits humains » en Égypte.

Quelles sont les relations économiques entre la France et l’Égypte ?

La visite d’Emmanuel Macron visait en particulier à renforcer les liens économiques entre la France et l’Égypte. Une trentaine d’accords et de contrats commerciaux ont été signés au cours de ces trois jours, pour un montant évalué à près d’un milliard d’euros par l’Élysée. La France représentait le 11e partenaire commercial de l’Égypte sur l’année fiscale 2016-2017, d’après la Banque centrale d’Égypte, tandis que l’Égypte est le 53e partenaire commercial de la France depuis 2016, selon le ministère français de l’Économie. Les échanges commerciaux entre les deux pays ont augmenté de 21,8 % en 2017 et ont atteint un montant d’environ 2,5 milliards d’euros, selon les douanes françaises. Depuis le coup d’État militaire du maréchal Abdel Fattah al-Sissi en 2013, la France est devenue le premier fournisseur d’armes de l’Égypte, selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.

Quels sont les autres pays partenaires de l’Égypte ?

Lors d’une rencontre avec des journalistes dimanche soir, Emmanuel Macron a déclaré que « tourner le dos à l’Égypte » en raison de la situation des droits de l’homme reviendrait à « la pousser davantage vers la Russie et la Chine ». La Chine est en effet le plus important partenaire commercial de l’Égypte devant l’Allemagne et la Russie, selon l’ONU. En décembre 2014, Abdel Fattah al-Sissi s’est officiellement associé à l’initiative des « nouvelles routes de la soie » lancée par le président chinois Xi Jinping en 2013. Le partenariat entre les deux pays s’est également renforcé sur le plan sécuritaire, « notamment dans le cadre de la coopération antiterroriste, Le Caire ayant par exemple aidé Pékin à rapatrier de force vers la Chine des étudiants ouïghours présents sur son territoire », écrivent sur le site The Conversation Thierry Kellner, spécialiste de la politique étrangère chinoise et Elena Aoun, professeure en relations internationales.