• Tentative de perquisition chez Mediapart. L’équipe du site d’investigation Mediapart a déclaré avoir refusé ce matin une perquisition de ses locaux dans le cadre d’une enquête ouverte notamment pour atteinte à la vie privée de l’ancien chargé de mission de l’Élysée Alexandre Benalla. L’enquête fait suite à la publication jeudi par Mediapart d’enregistrements dans lesquels Alexandre Benalla se vantait d’avoir le soutien du chef de l’État. Mediapart a justifié son refus de la perquisition par la volonté de protéger ses sources.

  • « Gilets jaunes ». La 12e journée de mobilisation nationale des « Gilets jaunes » a rassemblé samedi 58 600 personnes, selon le ministère de l’Intérieur, et 115 954 personnes, selon Le Nombre jaune, une page Facebook qui recense les manifestants en s’appuyant sur les chiffres donnés dans la presse locale et sur des participants au mouvement. Ces chiffres sont en recul pour la deuxième semaine consécutive.

  • Viande avariée. Le ministère de l’Agriculture a annoncé samedi avoir identifié l’intégralité d’un stock de près de 800 kilos de viande avariée en provenance de Pologne écoulée frauduleusement en France. Le ministère a précisé qu’une partie du stock – 145 kilos – avait été mélangée à d’autres viandes et déjà vendue. Cette viande fait donc l’objet d’un rappel.

  • Le pape aux Émirats arabes unis. Le pape François a commencé hier une visite aux Émirats arabes unis, où il doit rester jusqu’à demain. Il s’agit du premier voyage d’un chef de l’Église catholique dans la péninsule Arabique, où a été fondé l’islam. Le pape a prôné un dialogue interreligieux en déclarant aujourd’hui à Abou Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis : « Nous construirons le futur ensemble ou bien il n’y aura pas de futur. »

  • Armes nucléaires. Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré samedi que son pays cessait de respecter le traité de désarmement nucléaire FNI, signé avec les États-Unis en 1987. Le secrétaire d’État américain (l’équivalent du ministre des Affaires étrangères), Mike Pompeo, avait annoncé vendredi le retrait des États-Unis de ce traité en accusant la Russie de violer ses engagements en détenant des missiles d’une portée comprise entre 500 et 5 000 kilomètres.