7 février 2019

Tout s'explique

La France rappelle son ambassadeur en Italie

Pourquoi la France a-t-elle rappelé son ambassadeur ?

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé aujourd’hui le rappel de son ambassadeur en Italie. Dans un communiqué, il écrit que les « dernières ingérences » du gouvernement italien « constituent une provocation supplémentaire et inacceptable », qui « violent le respect que se doivent entre eux les gouvernements démocratiquement et librement élus ». Le communiqué ne précise pas quelles sont ces « ingérences », mais le ministère a qualifié hier de « provocation » la rencontre mardi du vice-Premier ministre italien Luigi di Maio, responsable du Mouvement 5 étoiles, un parti antisystème, avec des représentants du mouvement français de contestation des « Gilets jaunes ». Luigi di Maio avait posté le jour même sur Twitter une photo de ce rendez-vous en écrivant que « le vent du changement avait traversé les Alpes ».

Comment les relations franco-italiennes se sont-elles dégradées ?

Les tensions entre la France et l’Italie ont débuté peu après l’élection d’Emmanuel Macron en mai 2017. Elles portaient sur des questions d’ordre économique – la France souhaitait renégocier l’accord de reprise des Chantiers de l’Atlantique par l’armateur italien Fincantieri – et migratoire – la France avait refusé la demande italienne d’accueillir les navires organisant le sauvetage des migrants en Méditerranée. Les relations franco-italiennes se sont plus nettement dégradées après l’arrivée au pouvoir en Italie, au printemps dernier, de l’alliance entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue, un parti anti-immigration. Les échanges se sont tendus autour de la politique migratoire. Emmanuel Macron a par exemple reproché cet été au gouvernement italien de faire preuve « de cynisme et d’irresponsabilité » en refusant d’accueillir l’Aquarius, un bateau de sauvetage de migrants. Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a rétorqué qu’il n’avait pas à « recevoir de leçons hypocrites » de la France.

Que signifie rappeler son ambassadeur pour « consultations » ?

Dans son communiqué, le ministère français des Affaires étrangères explique rappeler son ambassadeur « pour des consultations ». Cette formulation « ne veut absolument pas dire que l’on fait revenir celui-ci pour le consulter », explique dans un billet de blog le professeur Jean-Paul Pancracio, spécialiste de droit international public. Il précise que ce procédé est utilisé « en cas de fâcherie importante ». Il constitue le deuxième niveau de riposte lors d’un conflit diplomatique entre deux pays. Le premier consiste à convoquer l’ambassadeur de l’autre pays, ce que le ministère français des Affaires étrangères a fait en janvier, après que Luigi di Maio a accusé la France de continuer à « coloniser des dizaines de pays africains » et de favoriser l’immigration clandestine. L’Italie a convoqué à deux reprises l’ambassadeur français, en mars et en juin. Le ministère français des Affaires étrangères, qui estime que les tensions entre la France et l’Italie sont sans « précédent depuis la fin de la guerre », a appelé « l’Italie à agir » pour retrouver la relation de « respect réciproque ».