• Grève scolaire pour le climat. Plusieurs centaines de jeunes manifestants se sont rassemblés devant le ministère de la Transition écologique à Paris pour appeler l’État à « déclarer l’état d’urgence écologique et sociale ». Ils rejoignent ainsi un mouvement de grève scolaire hebdomadaire qui a été lancé en août par la lycéenne suédoise Greta Thunberg et s’est étendu à de nombreux pays sur plusieurs continents.

  • BFMTV et les « Gilets jaunes ». La directrice de la rédaction de BFMTV, Céline Pigalle, a annoncé que la chaîne d’information en continu allait désormais diffuser moins d’images en boucle en réaction aux critiques reçues depuis le début de sa couverture du mouvement de protestation des « Gilets jaunes ». Elle a également promis un renouvellement des éditorialistes et des experts mis à l’antenne pour qu’ils « soient plus fidèles aux visages du pays » et qu’ils « disent des choses différentes ».

  • Mairie de Bordeaux. Les élus de la majorité municipale de Bordeaux ont désigné hier soir Nicolas Florian, l’adjoint au maire chargé des Finances et des Ressources humaines, pour succéder à Alain Juppé. Ce dernier a annoncé hier qu’il quitterait son poste début mars pour devenir membre du Conseil constitutionnel.

  • Hausse des cas de rougeole. L’Organisation mondiale de la santé, une agence de l’ONU, a déclaré que les cas de rougeole rapportés en 2018 dans le monde avaient augmenté de 50 % par rapport à 2017 et avaient concerné près de 229 000 personnes, selon des données provisoires. Elle a déploré les difficultés d’accès aux vaccins des populations les plus pauvres et des personnes précaires, comme les migrants.

  • Mur de Trump. Le président américain, Donald Trump, a déclaré l’état d’« urgence nationale » pour obtenir les fonds nécessaires à la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique. Le Congrès des États-Unis a approuvé hier soir un accord budgétaire permettant d’éviter un blocage partiel des administrations publiques américaines comme celui que le pays a connu du 22 décembre au 25 janvier, mais le texte finance moins d’un quart du projet de mur du président.