19 février 2019

Tout s'explique

Un projet de pacte pour financer la transition écologique

À quoi aspire le pacte finance-climat européen ?

L’économiste Pierre Larrouturou et le climatologue Jean Jouzel ont publié aujourd’hui un projet de « pacte finance-climat », soutenu par 600 personnalités. Ce projet vise à faire adopter d’ici 2020 un traité ou un accord intergouvernemental au niveau européen afin de financer la transition écologique, tout en créant des emplois. La Cour des comptes européenne, une institution de l’UE chargée d’en contrôler les finances, estimait en 2017 qu’il fallait investir 1 115 milliards d’euros par an, entre 2021 et 2030 pour atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris sur le climat, qui prévoit de limiter d’ici 2100 le réchauffement climatique en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels. La Banque centrale européenne a dépensé 2 600 milliards d’euros de 2015 à fin 2018 pour soutenir la croissance et les initiateurs du projet estiment qu’il serait possible de faire de même pour soutenir la transition écologique.

Quels dispositifs concrets propose-t-il ?

Le projet de plan finance-climat propose de créer deux organismes : une banque européenne du climat et de la biodiversité, qui serait une filiale de la Banque européenne d’investissement, et un fonds européen climat et biodiversité. L’objectif de la première serait de mettre à disposition des pays signataires une enveloppe correspondant à 2 % de leur PIB par an, afin de financer des prêts à taux privilégiés pour isoler les bâtiments, encourager le développement des énergies renouvelables ou des transports propres et promouvoir l’agroécologie. Le fonds européen climat et biodiversité servirait quant à lui à accorder 100 milliards d’euros par an pour soutenir des projets de transition écologique en Europe, ainsi qu’en Afrique et tout autour de la Méditerranée. L’idée est de le financer grâce à un impôt sur les grandes entreprises.

Quels autres projets existent pour financer la transition écologique ?

La Banque mondiale, un organisme de financement du développement, a annoncé début décembre qu’elle consacrerait 200 milliards de dollars d’investissement pour la transition écologique pour la période 2021-2025. Ils seront destinés en particulier aux pays les plus pauvres pour les aider à financer des projets d’adaptation au réchauffement climatique, ainsi qu’à des projets de réduction des émissions carbone. La Banque européenne d’investissement a émis en 2007 sa première obligation verte, pour financer des projets contribuant à la transition écologique. Plusieurs organismes et pays l’ont depuis suivie dans cette démarche. La fiscalité écologique à l’échelon national, par le biais d’impôts, de taxes ou de redevances, peut également permettre d’attribuer les sommes récupérées à la transition écologique.