• UBS condamné. Le tribunal correctionnel de Paris a condamné la banque suisse UBS et sa filiale française pour « démarchage bancaire illégal » et « blanchiment aggravé de fraude fiscale » à des amendes respectives de 3,7 milliards d’euros – l’amende la plus importante infligée par la justice française dans une affaire d’évasion fiscale – et 15 millions d’euros, ainsi qu’à 800 millions d’euros de dommages et intérêts à verser à l’État français. La banque a annoncé qu’elle allait faire appel. Entre 2004 et 2012, UBS a envoyé des commerciaux en France pour convaincre des milliers de contribuables de dissimuler leur argent au fisc en le plaçant en Suisse.

  • Échec des négociations sur l’assurance chômage. Les organisations patronales et syndicales ne sont pas parvenues à un accord lors de la dernière journée de négociations sur la réforme de l’assurance chômage, butant sur la façon de limiter le recours aux contrats courts. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, avait déclaré dans la matinée qu’en cas d’échec le gouvernement prendrait « par décret » les mesures nécessaires, tout en réaffirmant son soutien à l’instauration d’un bonus-malus sur les contrats de moins de trois mois, un système que le patronat refuse.

  • Mobilisations contre l’antisémitisme. Plusieurs dizaines de milliers de citoyens et d’élus se sont rassemblés hier soir à Paris et dans plusieurs villes françaises à l’appel des principaux partis politiques pour dénoncer l’augmentation des actes antisémites. Le Premier ministre, une vingtaine de membres du gouvernement ainsi que les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande ont participé à la mobilisation parisienne, tandis qu’Emmanuel Macron s’était rendu en début de soirée au Mémorial de la Shoah, à Paris.

  • Enquête sur la Maison-Blanche. La Chambre des représentants américaine a annoncé hier soir avoir ouvert une enquête après la publication d’un rapport présentant la manière dont plusieurs responsables de la Maison-Blanche ont cherché à contourner les règles en vigueur afin de vendre une technologie nucléaire sensible à l’Arabie saoudite. Le rapport, réalisé par l’une des commissions de la Chambre, recommandait l’ouverture d’une telle enquête afin de déterminer si « les actions poursuivies par la présidence Trump » avaient été menées pour servir l’intérêt de la nation ou celui de groupes « commerciaux privés ».

  • Démission au Parti travailliste. La députée britannique Joan Ryan a annoncé hier soir sa démission du Parti travailliste estimant que cette formation était « infectée par le fléau du racisme anti-juif ». Elle est la huitième élue travailliste à quitter le parti depuis lundi, les sept autres ayant reproché au chef du parti, Jeremy Corbyn, sa complaisance face à l’antisémitisme ainsi que son refus de s’opposer au Brexit. Depuis l’élection de Jeremy Corbyn en 2015, le Parti travailliste est confronté à des accusations d’antisémitisme mettant en cause le glissement du discours de certains de ses membres, opposés à la politique de l’État d’Israël.

  • Discours de Poutine. Le président russe, Vladimir Poutine, a prononcé son discours annuel devant les parlementaires à Moscou, le premier depuis sa réélection en mars pour un quatrième mandat. Il a insisté sur la nécessité de relancer la natalité, de réduire le volume des déchets et de soutenir l’économie numérique. Il a également assuré que si les États-Unis déployaient des missiles nucléaires en Europe, la Russie serait « contrainte » de positionner des armes capables de frapper les pays dans lesquels ces missiles seraient installés ainsi que les États-Unis.