6 mars 2019

Ça se chiffre

La démocratie en Afrique

Depuis l’annonce le mois dernier de la candidature à un cinquième mandat consécutif du président algérien Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, les manifestations se succèdent en Algérie. En décembre et janvier, des rassemblements ont eu lieu au Soudan contre le président Omar el-Béchir, qui dirige le pays depuis 1989. Sur 54 États africains, 12 ont le même dirigeant depuis plus de 15 ans, sans compter le Togolais Faure Gnassingbé et le Gabonais Ali Bongo qui ont succédé à leur père. Près de la moitié des États africains sont des régimes autoritaires (PDF), selon l’édition 2018 de l’étude annuelle de The Economist Intelligence Unit (EIU), un cabinet d’analyse britannique. Chaque année, il classe les pays du monde d’après une soixantaine de critères mesurant le processus électoral et le pluralisme, les libertés publiques, le fonctionnement du gouvernement, la participation politique et la culture politique. En Afrique, seule l’Île Maurice est qualifiée de démocratie complète, une appréciation que n’atteignent que 20 pays dans le monde. L’étude d’EIU ne prend pas compte Sao Tomé-et-Principe, les Seychelles, la Somalie et le Soudan du Sud et nous avons mis de côté la Libye qui n’a pas de dirigeant établi.