• Huawei contre les autorités américaines. Le groupe chinois de télécommunications Huawei a annoncé avoir déposé plainte au Texas contre les autorités américaines pour contester la légalité de l’interdiction faite en août aux agences gouvernementales d’utiliser des équipements fabriqués par Huawei. Cette interdiction s’appuie sur des avertissements de diverses agences de renseignement américaines soupçonnant Huawei de permettre un espionnage par les autorités chinoises.

  • Déficit commercial américain. Le département américain du Commerce a révélé hier soir que le déficit commercial des États-Unis avait atteint 621 milliards de dollars en 2018, soit son niveau le plus élevé depuis 10 ans. En ne comptant que les marchandises et pas les services, le déficit atteint 891 milliards de dollars, un record depuis l’indépendance des États-Unis en 1776. La réduction du déficit commercial des États-Unis est l’un des objectifs que s’est fixés le président américain, Donald Trump.

  • Fusées nord-coréennes. Donald Trump a déclaré hier soir qu’il serait « très déçu » s’il s’avérait que la Corée du Nord était en train de rebâtir un site de lancement de fusées. Le Centre pour les études stratégiques et internationales, un cercle de réflexion américain, a affirmé hier, en se basant sur des images satellites, que des travaux de reconstruction étaient en cours sur un site que la Corée du Nord avait commencé à démanteler après le premier sommet entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Singapour en juin 2018.

  • Pour la croissance européenne. Confrontée à un ralentissement de la croissance dans la zone euro, la Banque centrale européenne a déclaré qu’elle laisserait ses taux d’intérêt au plus bas « au moins jusqu’à la fin 2019 » alors qu’elle mentionnait précédemment « l’été 2019 ». Elle a également annoncé de nouveaux crédits à destination des banques pour faciliter l’octroi de prêts aux ménages et aux entreprises dans le but de stimuler l’économie.

  • Affrontements à Grenoble. Des heurts ont eu lieu hier soir entre des manifestants et des policiers dans le quartier Mistral à Grenoble. L’après-midi, une marche blanche avait rassemblé dans le calme 1 500 personnes venues rendre hommage à deux jeunes de 17 et 19 ans morts samedi dans une course-poursuite avec la police. Trois nuits d’affrontements avaient suivi avant une accalmie mardi.