• Brexit et analyse juridique. La Première ministre britannique, Theresa May, a déclaré hier soir avoir obtenu des garanties de l’Union européenne limitant le risque pour le Royaume-Uni de rester dans l’Union douanière après le Brexit en cas d’absence d’accord de libre-échange entre les deux parties. Dans son analyse juridique du texte sur lequel doivent voter ce soir les députés, Geoffrey Cox, l’Attorney General, chargé de conseiller juridiquement le gouvernement britannique, a considéré aujourd’hui que le risque juridique demeurait « inchangé ».

  • Boeing 737 Max. Le constructeur aéronautique américain Boeing a annoncé hier soir qu’il allait lancer une mise à jour du logiciel équipant ses modèles d’avion 737 Max, dont deux appareils ont connu des accidents mortels en moins de cinq mois. Les autorités de l’aviation civile de la France, du Royaume-Uni, de l’Australie et de Singapour ont interdit aujourd’hui les vols de Boeing 737 Max au départ et à l’arrivée de leur territoire.

  • Paradis fiscaux. Les ministres des Finances de l’Union européenne ont mis à jour la liste des juridictions fiscales non coopératives, plus communément appelée « liste noire des paradis fiscaux ». Elle compte 10 nouveaux pays, dont les Bermudes, les Émirats arabes unis et les Fidji, en plus des cinq pays qui « n’ont pris aucun engagement depuis l’adoption de la première liste noire, en 2017 » : les Samoa américaines, Guam, les Samoa, Trinité-et-Tobago et les Îles Vierges américaines.

  • Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Les dirigeants des constructeurs automobiles Renault, Nissan et Mitsubishi Motors ont annoncé la création d’un nouveau conseil opérationnel pour diriger l’alliance entre les trois groupes. Y siégeront les directeurs généraux des trois entreprises, Thierry Bolloré pour Renault, Hiroto Saikawa pour Nissan et Osamu Masuko pour Mitsubishi Motors, sous la présidence de Jean-Dominique Senard, président de Renault. Après l’emprisonnement en novembre de l’ancien PDG de l’alliance Carlos Ghosn, Hiroto Saikawa avait dénoncé la concentration des pouvoirs dans un seul homme.

  • Prison à perpétuité pour Nemmouche. La cour d’assises de Bruxelles a condamné hier soir le Français Mehdi Nemmouche à la réclusion à perpétuité pour quatre assassinats à caractère terroriste commis le 24 mai 2014 au musée juif de Bruxelles, en Belgique. Un autre Français, Nacer Bendrer, que la cour avait reconnu la semaine dernière coauteur des faits pour avoir fourni des armes à Mehdi Nemmouche, a été condamné à 15 ans de prison.