14 mars 2019

Ça alors

Le président congolais gracie des opposants politiques

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, a gracié hier deux prisonniers politiques emblématiques, le député Franck Diongo, condamné en 2016 à cinq ans de prison, et l’avocat Firmin Yangambi, accusé d’avoir tenté d’organiser une insurrection et condamné à mort en 2010. Le directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe, a annoncé cette décision sur la chaîne publique RTNC en précisant qu’au total, 700 personnes arrêtées entre 2015 et 2018 pour des faits politiques seraient « libérées sous peu ». Le 2 mars, Félix Tshisekedi avait assuré faire « de la réduction des tensions » dans le pays « un objectif majeur ». Il a été investi président de la RDC le 24 janvier, mettant fin à 21 ans de pouvoir de la famille Kabila (Laurent-Désiré de 1997 à 2001, puis son fils Joseph). Alors que l’UE avait exprimé des « doutes sérieux » sur la validité de cette élection, l’opposant Martin Fayulu avait affirmé que Félix Tshisekedi devait sa victoire à un accord conclu avec Joseph Kabila.