• Attentat en Nouvelle-Zélande. Une attaque terroriste à l’arme à feu contre deux mosquées a eu lieu cette nuit à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, faisant au moins 49 morts et 48 blessés. Un suspect de 28 ans a été identifié par la police et doit comparaître demain devant un tribunal, tandis que deux autres personnes sont toujours en garde à vue. Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a déclaré que le tireur était un Australien, qu’il a qualifié « d’extrémiste de droite ».

  • Urgence nationale annulée. Après la Chambre des représentants le 26 février, le Sénat américain, à majorité républicaine, a voté hier en faveur d’une résolution annulant la procédure d’urgence nationale décrétée le 15 février par Donald Trump. Celle-ci devait permettre au président de débloquer les fonds pour financer son projet de mur le long de la frontière avec le Mexique. Donald Trump a annoncé sur Twitter qu’il avait l’intention d’opposer son veto à cette résolution.

  • Report du Brexit. Le Parlement britannique a voté hier, par 412 voix contre 202, pour un report de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne à fin juin, à condition que les députés approuvent d’ici le 20 mars l’accord de retrait de l’UE négocié par la Première ministre Theresa May. Pour que ce report soit valable, il doit obtenir l’accord à l’unanimité de l’ensemble des États membres de l’UE, sinon le Royaume-Uni devra quitter l’UE sans accord le 29 mars, à la date initialement prévue.

  • Grève des jeunes pour le climat. Entre 29 000 personnes, selon la préfecture de police de Paris, et 40 000 personnes, selon le collectif organisateur Youth for Climate, ont pris part à une marche pour le climat à Paris, à l’occasion d’un appel à une journée de grève. Plus de 200 autres manifestations étaient organisées ailleurs en France, ainsi que dans 2 083 autres lieux répartis dans 125 pays, selon le décompte de Fridays for Future, un mouvement initié par Greta Thunberg, une Suédoise de 16 ans qui a lancé en août une grève scolaire tous les vendredis pour inciter les dirigeants à agir davantage contre le réchauffement climatique.

  • Rapatriement d’enfants de djihadistes. Le ministère des Affaires étrangères a annoncé avoir fait rapatrier, sans en préciser le nombre, plusieurs enfants de djihadistes, « orphelins et isolés, âgés de cinq ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est de la Syrie ». Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que la position française n’avait pas changé s’agissant des ressortissants français adultes, combattants et djihadistes, ceux-ci devant « être jugés sur le territoire où ils ont commis leurs crimes ».