• Crash d’un Boeing 737 Max. Un Boeing 737 Max 8 s’est écrasé dimanche en Éthiopie, faisant 157 victimes, moins de cinq mois après le crash d’un appareil du même modèle au large de l’Indonésie. Plusieurs pays, dont les États-Unis, le Brésil, la Chine, ainsi que l’Union européenne, ont pris dans la semaine la décision d’interdire les vols de Boeing 737 Max sur leur territoire.

  • Bouteflika renonce. Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a adressé dimanche une lettre au peuple algérien dans laquelle il déclare renoncer à briguer un cinquième mandat et annonce le report de l’élection présidentielle prévue le 18 avril, sans fixer d’autre date. Des manifestations rassemblant des dizaines de milliers de personnes se sont poursuivies cette semaine pour dénoncer son maintien au pouvoir.

  • Votes sur le Brexit. Les députés britanniques ont rejeté mardi une nouvelle version du projet d’accord sur le Brexit présentée par la Première ministre, Theresa May, après avoir déjà voté contre une première version en janvier. Le gouvernement britannique a annoncé mercredi qu’un troisième vote serait organisé d’ici le 20 mars. Les députés ont également voté jeudi pour que Theresa May demande aux États membres de repousser au 30 juin la date de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, alors qu’elle était initialement fixée au 29 mars.

  • État attaqué en justice. Quatre ONG – la Fondation pour la nature et l’homme, Greenpeace France, Notre Affaire à tous et Oxfam France – ont déposé jeudi un recours devant le tribunal administratif de Paris contre l’État pour « inaction climatique ». À l’origine d’une pétition signée par plus de 2,1 millions de personnes, ces ONG souhaitent que la justice se prononce sur les « carences fautives » dont l’État « fait preuve depuis 40 ans » et qu’elle le condamne à agir.

  • Attentat en Nouvelle-Zélande. Une attaque terroriste à l’arme à feu contre deux mosquées a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, faisant au moins 49 morts et 48 blessés. Un suspect de 28 ans a été identifié par la police et doit comparaître aujourd’hui devant un tribunal, tandis que deux autres personnes étaient en garde à vue. Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a déclaré que le tireur était un Australien, qu’il a qualifié « d’extrémiste de droite ».