Les 30 ans du Web. Le 12 mars 1989, le scientifique britannique Tim Berners-Lee présentait un projet qui allait révolutionner la communication à travers le monde : le World Wide Web. Pour ses 30 ans, Le Monde a mis en ligne une chronologie des événements qui ont marqué son histoire. Il est ainsi possible de retrouver la toute première page web, de regarder la première vidéo publiée sur YouTube ou de découvrir l’un des premiers contenus viraux, le « Dancing Baby », mis en page avec les codes esthétiques des différentes époques du Web.

Une mission lunaire à Hawaï. Libération publie tous les jours depuis le 20 février et jusqu’au 18 mars une page du carnet de bord du scientifique et explorateur Benjamin Pothier, qui a participé à une expérience d’« analog astronaut ». Il s’agit d’une simulation de mission lunaire de 15 jours durant laquelle il a été placé en isolation totale avec cinq autres personnes dans un dôme, sur un site de recherche financé par la Nasa et installé à Hawaï. Il raconte la difficulté à cuisiner du pain à partir de lait de coco lyophilisé et d’eau recyclée et la « sensation de vastitude » qui l’a envahi lorsqu’il a revu des arbres après ses 15 jours d’isolement.

Traits de caractère. Mort dans l’attentat contre le magazine Charlie Hebdo en janvier 2015, Georges Wolinski avait déposé au début des années 2010 auprès de la Bibliothèque nationale de France (BNF) les archives de sa carrière de dessinateur de presse qui aura duré plus de 50 ans. La BNF propose sur son site de consulter un millier de dessins numérisés qui montrent l’étendue de son talent, des grands formats foisonnants aux croquis épurés, des satires politiques à sa prédilection pour les blondes pulpeuses et court-vêtues (quand elles étaient vêtues).

Vous pouvez applaudir. La newsletter Quartz Obsession du site américain Quartz décrit dans l’une de ses éditions de la semaine les origines de l’applaudissement, les raisons pour lesquelles ce geste est utilisé depuis des millénaires et pourquoi il répond à une pression sociale. Elle raconte que sous le régime de Joseph Staline en URSS, les gens étaient obligés d’applaudir ses discours, sous peine d’être considérés comme des traîtres, tandis que l’ancien président américain Barack Obama a été interrompu en moyenne 90 fois durant ses discours.