• Accidents de Boeing. Le Bureau français d’enquêtes et d’analyses, l’autorité française chargée des enquêtes sur les accidents d’avion, a déclaré, après l’examen des boîtes noires du Boeing 737 Max 8 qui s’est écrasé il y a une semaine en Éthiope, que de « claires similitudes » étaient apparues avec l’accident d’un modèle d’avion identique en Indonésie en octobre. L’accident du Boeing 737 Max 8 de la compagnie indonésienne Lion Air avait tué 189 personnes, celui de l’appareil d’Ethiopian Airlines a fait 157 victimes.

  • Opération irano-turque. Le ministre turc de l’Intérieur, Suleyman Soylu, a annoncé que son pays et l’Iran avaient lancé ce matin une opération militaire conjointe contre les séparatistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan. L’opération doit se dérouler à la frontière entre les deux pays, celle-ci s’étendant sur environ 500 kilomètres.

  • Cyclone ravageur. Le cyclone Idai, qui a touché de jeudi à samedi le Mozambique et le Zimbabwe, dans le sud-est de l’Afrique, a fait au moins 162 morts, selon un bilan donné aujourd’hui par la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge. Selon cette fédération d’organisations humanitaires, Beira, la quatrième ville du Mozambique avec plus de 500 000 habitants, a été détruite à 90 %.

  • Les Philippines face à la justice internationale. Les Philippines se sont officiellement retirées hier de la Cour pénale internationale, une instance créée en 2002 par une centaine de pays pour juger les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité. Les Philippines avaient déclenché la procédure il y a un an lorsque la cour a commencé à examiner la politique de lutte contre la drogue du président philippin, Rodrigo Duterte, soupçonné d’avoir ordonné des exécutions extrajudiciaires.

  • Fusillade aux Pays-Bas. Une fusillade a fait au moins trois morts et cinq blessés à Utrecht, aux Pays-Bas. La police, qui privilégie le motif terroriste, a diffusé la photo d’un suspect et le niveau de menace terroriste a été porté au niveau le plus élevé dans la ville.

  • Marche pour le climat. Une marche pour le climat organisée samedi à Paris pour dénoncer « l’inaction » du gouvernement face au réchauffement climatique a rassemblé entre 36 000 personnes selon la préfecture de police et 107 000 selon les collectifs écologistes ayant appelé au rassemblement. Ces derniers ont revendiqué 350 000 manifestants dans 220 villes de France.