18 mars 2019

Ça alors

Suppression des vidéos de l’attentat de Christchurch

Facebook a supprimé 1,5 million de copies de la vidéo tournée par l’auteur de l’attentat à l’arme à feu contre deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande vendredi, a annoncé hier une porte-parole de la branche néo-zélandaise de l’entreprise américaine. Ces vidéos ont été supprimées en 24 heures et Facebook dit avoir bloqué 1,2 million d’entre elles dès la tentative de mise en ligne. Le réseau social n’a pas précisé cependant combien de personnes avaient eu accès aux 300 000 vidéos qui ont pu circuler, ainsi qu’à celle publiée par l’auteur de l’attaque, qui a retransmis ses actes en direct pendant 17 minutes sur la plateforme. Facebook n’a supprimé cette vidéo qu’après avoir été alerté par la police néo-zélandaise. Le réseau social permet à tous ses utilisateurs de publier des vidéos en direct depuis 2016. L’attentat de vendredi a fait 50 morts, selon le dernier bilan de la police néo-zélandaise.