29 mars 2019

Ça alors

Premier don d’organes d’une personne séropositive vivante

L’hôpital Johns Hopkins, à Baltimore, aux États-Unis, a annoncé hier avoir réalisé une « première mondiale » en greffant lundi un rein d’une personne séropositive vivante à une autre personne séropositive. Les porteurs du VIH, un virus qui peut conduire à la maladie du sida, ne pouvaient jusqu’ici pas donner d’organe parce que les médecins craignaient que ce soit trop risqué pour eux. Ils sont désormais en assez bonne santé, explique le chirurgien Dorry Segev, qui a mené l’opération et qui avait conduit en 2017 une étude sur plus de 40 000 personnes séropositives. La donneuse, Nina Martinez, a déclaré au Washington Post qu’elle avait ainsi enlevé une personne de la liste d’attente et que tout le monde avait gagné une place « qu’il soit séropositif ou non ». Aux États-Unis, plus de 113 000 personnes, attendent actuellement un don d’organes, dont la majorité pour un rein, selon l’organisme en charge du système.