2 avril 2019

C'est leur avis

La gauche éloignée des classes populaires

La sociologue franco-israélienne Eva Illouz estime dans une tribune au Monde que la gauche, au niveau mondial, devrait donner moins d’importance aux combats pour le droit des minorités [€] et renouer avec la lutte contre les inégalités pour ne pas se couper des classes populaires.

« Les luttes féministes et la défense des minorités ont été – et demeurent – essentielles à la démocratisation de nos sociétés. Mais force est de constater que, dans de nombreux pays, les classes populaires ne se sont pas ralliées à ces combats, qui restent l’apanage des diplômés et citadins, imprégnés de relativisme culturel et de cosmopolitisme. Ces différences sont bien plus que de simples divergences politiques : elles engagent désormais de véritables perspectives morales, impliquant totalement les individus dans leurs visions du bien et du mal. Le résultat est clair : les anciennes alliances de classe – entre classes populaires, classes moyennes et intellectuels – ne sont plus possibles, car le fossé qui les sépare autour de questions clés telles que la sexualité, la famille, la religion, l’immigration et le nationalisme est devenu trop profond. » Eva Illouz