• Garde à vue de Ghosn. Le tribunal de Tokyo a autorisé la prolongation jusqu’au 22 avril de la garde à vue de Carlos Ghosn dans le cadre de nouveaux soupçons de malversations financières. Il s’agit de la quatrième garde à vue de l’ancien PDG de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, arrêté une première fois le 19 novembre et qui avait été libéré et assigné à résidence début mars avant d’être de nouveau incarcéré le 4 avril.

  • EPR de Flamanville. Un groupe d’experts de l’Autorité de sûreté du nucléaire, une agence publique indépendante, a rendu hier un avis concernant l’EPR de Flamanville, en construction dans la Manche. Après avoir examiné ce que prévoit EDF, il demande à l’entreprise de réparer huit soudures des tuyauteries principales d’évacuation de la vapeur de son réacteur nucléaire. Sur la base de cet avis, l’ASN prendra prochainement position sur la démarche proposée par EDF. Le chantier de l’EPR de Flamanville a été lancé en 2007, pour une mise en service initialement prévue en 2012.

  • Transition au Soudan. Le Conseil militaire de transition, au pouvoir au Soudan depuis la destitution hier du président Omar el-Béchir, a assuré qu’un « gouvernement civil » serait mis en place dans le pays à l’issue d’un dialogue avec toutes « les entités politiques » du pays. Le ministre de la Défense et vice-président, Awad Ahmed Benawf, a été nommé hier à la tête du Conseil militaire de transition.

  • Offensive contre Tripoli. Dans son dernier bilan, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU a affirmé que plus de 9 500 personnes avaient été déplacées depuis le début de l’offensive lancée jeudi dernier contre la capitale libyenne, Tripoli, par le maréchal Khalifa Haftar et ses forces de l’Armée nationale libyenne, qui contrôlent déjà la majeure partie du pays. Le maréchal Haftar souhaite prendre le pouvoir au gouvernement d’union nationale installé dans la ville et reconnu par l’ONU, mais dont il conteste la légitimité.