• Aéroport de Toulouse. La cour administrative d’appel de Paris a annulé la procédure de privatisation qui avait permis en 2015 au consortium chinois Casil Europe de racheter à l’État français 49,99 % des parts de la société gestionnaire de l’aéroport Toulouse-Blagnac. L’annulation de cette procédure n’entraîne cependant pas celle de la vente. Christophe Lèguevaques, l’avocat du collectif contestant la privatisation de l’aéroport, a annoncé à 20 Minutes son intention de saisir le tribunal de commerce pour « faire valoir que l’État ne pouvait pas vendre ».

  • Scandale de la viande de cheval. Le tribunal correctionnel de Paris a condamné Jacques Poujol, ancien directeur de l’entreprise de fabrication de viande Spanghero à deux ans de prison, dont six mois ferme, pour « tromperie ». Celui-ci ainsi qu’un autre cadre de l’entreprise et deux intermédiaires néerlandais ont été reconnus coupables d’avoir vendu, entre 2012 et 2013, plus de 500 tonnes de viande de cheval présentée comme du bœuf au fabricant de plats préparés Tavola.

  • Action climatique. La police londonienne a annoncé avoir arrêté 113 personnes ayant participé hier à une opération de blocage de cinq lieux emblématiques de la capitale britannique menée par l’organisation environnementale Extinction Rebellion. Prévue pour durer une semaine et se dérouler dans 80 villes de 33 pays, l’opération a pour but de réclamer la proclamation d’un « état d’urgence climatique et écologique » et la mise en place d’actions gouvernementales pour réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025.

  • Démission en Algérie. Tayeb Belaiz, président du Conseil constitutionnel algérien chargé en particulier de valider les candidatures à l’élection présidentielle du 4 juillet, a présenté sa démission. Il faisait partie des personnes au pouvoir dont les manifestants réclament le départ.

  • Recours pour les élections à Istanbul. Le parti islamo-conservateur AKP dirigé par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déposé un recours auprès du Conseil électoral supérieur pour obtenir l’annulation de l’élection municipale du 31 mars à Istanbul et l’organisation d’un nouveau vote dans la plus grande ville du pays. Selon le parti, des irrégularités ont marqué le scrutin remporté de justesse par le parti social-démocrate CHP.