7 mai 2019

C'est leur programme

Le programme du Parti socialiste et de Place publique

Nous poursuivons la présentation des programmes des principales listes en lice pour les élections européennes du 26 mai.

  • Nom de la liste. Envie d’Europe écologique et sociale
  • Tête de liste. Raphaël Glucksmann
  • Programme

Environnement. La liste présentée par Place publique, le Parti socialiste (PS), Nouvelle Donne et le Parti radical de gauche propose d’attribuer en priorité les fonds européens à des programmes respectant l’environnement et les droits humains. Elle souhaite créer un budget européen pour le climat et la biodiversité doté de 500 milliards d’euros pour les cinq prochaines années, financé par un impôt européen sur les bénéfices des sociétés. En 2017, les dépenses de l’Union européenne se sont élevées à 137 milliards d’euros. La liste menée par Raphaël Glucksmann propose également de mettre en place une taxe carbone pour soutenir les entreprises européennes « contre la concurrence des pays qui ne respectent pas l’Accord de Paris » et pour « lutter contre la déforestation importée ».

Social. Son programme comporte la création d’un « bouclier emploi » ayant pour but de soutenir les systèmes d’assurance-chômage des États membres en temps de crise et de permettre aux salariés d’entreprises dont l’activité baisse de conserver leur emploi via une réduction de leur temps de travail et un système de formation dans l’entreprise. La liste propose aussi de lancer une concertation avec les partenaires sociaux afin d’instaurer un salaire minimum au sein de l’Union européenne d’au moins 65 % du salaire médian dans chaque pays. 22 États membres sur 28 disposent déjà d’un salaire minimum national, allant de 286 euros mensuels brut en Bulgarie à 2 070 euros mensuels brut au Luxembourg.

Institutions. La liste PS-Place publique veut renforcer les pouvoirs du Parlement par rapport à ceux du Conseil de l’Union européenne, qui rassemble les gouvernements des États membres, et de la Commission européenne et élargir en particulier à la fiscalité et à la protection sociale les domaines dans lesquels le Parlement et le Conseil ont le même pouvoir de décision. Son programme prévoit également de créer une Haute Autorité européenne pour la transparence de la vie publique chargée de « garantir l’enregistrement intégral de l’activité des lobbys ». Le Parlement européen a voté fin janvier une modification de son règlement intérieur obligeant les députés exerçant des fonctions de président de commission ou de rapporteur sur une proposition législative à « publier en ligne toutes les réunions prévues » avec des lobbyistes.

Immigration. La liste souhaite mettre en place « une version européenne et solidaire de l’opération de secours en mer Mare Nostrum ». Mare Nostrum était une opération menée par la marine italienne qui a empêché plus de 150 000 migrants de se noyer en Méditerranée entre son lancement fin 2013 et son arrêt fin 2014. Des ONG ont affrété des bateaux pour tenter de poursuivre ces missions de sauvetage. La liste PS-Place publique propose de mettre fin au règlement de Dublin qui prévoit le renvoi des demandeurs d’asile vers le pays par lequel ils sont entrés dans l’UE estimant qu’il s’agit d’une charge trop importante pour ces pays. Elle veut également lancer un système incitatif d’allocation de fonds européens aux collectivités locales et aux collectifs associatifs qui accueillent les migrants.