9 mai 2019

Ça alors

Denver plus souple sur les champignons hallucinogènes

La commission électorale de la ville de Denver, aux États-Unis, a annoncé hier que les électeurs avaient voté à 50,6 % pour assouplir la politique de lutte contre l’usage des champignons hallucinogènes. Le référendum a été organisé à l’initiative de citoyens, rassemblés dans le collectif Decriminalize Denver. Le texte adopté prévoit que la possession et la consommation à titre personnel de ces champignons deviennent « la moindre des priorités des forces de l’ordre dans la ville et le comté de Denver ». Leur production et leur vente demeurent illégales. Selon Decriminalize Denver, la psilocybine, la substance psychoactive des champignons hallucinogènes, « peut aider à résoudre la crise de la santé mentale dans notre pays ». Une étude publiée en 2017 dans la revue scientifique Nature a montré que l’état de 47 % des patients souffrant d’une dépression résistante aux traitements traditionnels s’améliorait cinq semaines après la réception d’un traitement à la psilocybine.