14 mai 2019

C'est leur programme

Le programme des Républicains et des Centristes

Depuis le 6 mai, nous vous présentons les programmes des principales listes en lice pour les élections européennes du 26 mai (organisées le 25 mai dans les collectivités françaises situées dans l’océan Atlantique et sur le continent américain).

  • Nom de la liste. Union de la droite et du centre
  • Tête de liste. François-Xavier Bellamy
  • Programme

Immigration et islam. La liste soutenue par Les Républicains et Les Centristes propose de « pérenniser le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures », réintroduits temporairement en France depuis les attentats de 2015. Elle souhaite que les demandes d’asile soient traitées hors de l’UE, dans des centres « situés notamment sur la rive sud de la Méditerranée ou au Proche-Orient ». L’an dernier, les dirigeants de plusieurs pays arabes ont exprimé leur opposition à un tel projet, porté par plusieurs États européens. La liste Union de la droite et du centre veut « ramener systématiquement les bateaux de migrants sur les côtes africaines pour sauver des vies et stopper les filières mafieuses d’immigration illégale ». Son programme prévoit également l’adoption d’un « bouclier européen contre l’islamisme » permettant en particulier d’interdire les financements extra-européens de l’islam et de participer à l’identification des imams salafistes.

Économie et fiscalité. La liste conduite par François-Xavier Bellamy souhaite mettre en place une préférence européenne et française face aux produits étrangers. Elle veut créer un droit permettant de réserver 50 % des marchés publics aux entreprises locales, principalement les PME. Sur son site, le Parlement européen défend le principe d’une concurrence libre en estimant qu’elle « stimule la compétitivité des entreprises européennes » et réduit le « risque de fraude et de corruption ». La liste prévoit de mettre en place une « stricte réciprocité dans les échanges internationaux » en interdisant le marché européen aux pays qui ne laissent pas les entreprises françaises et européennes accéder à leur marché. Les Républicains et Les Centristes souhaitent également taxer les grandes entreprises extra-européennes du numérique, comme Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

Coopération. Son programme prévoit une coopération dans la recherche médicale, le secteur spatial et la cybersécurité. La liste souhaite faire de l’Europe le « pôle mondial d’innovation » dans l’intelligence artificielle et le « big data », le traitement massif des données, « pour ne pas laisser cette révolution industrielle aux États-Unis et à la Chine ». Elle veut également mener des projets européens en matière d’infrastructures et de transports, en mettant l’accent sur les véhicules électriques et à l’hydrogène. Elle souhaite aussi équiper l’ensemble de l’Union européenne en Internet très haut débit et en 4G ou 5G, « grâce à la mobilisation prioritaire d’entreprises européennes ». Ces derniers mois, l’exécutif américain fait pression sur les pays européens pour éviter qu’ils recourent aux équipements 5G du groupe chinois Huawei, qu’ils soupçonnent de collusion avec les autorités chinoises.

Fonctionnement de l’UE. « La France doit exiger l’arrêt de tout élargissement » de l’UE à de nouveaux membres, clame son programme. La liste menée par François-Xavier Bellamy veut limiter le pouvoir de création de normes de la Commission européenne « au strict nécessaire ». Elle propose d’accélérer le processus législatif en limitant à six mois les négociations entre le Parlement et le Conseil de l’UE – qui représente les gouvernements – et à six mois la transposition de la législation européenne dans les États membres. La liste souhaite obliger le Parlement européen à examiner toute proposition citoyenne ayant reçu 1 million de signatures venues d’au moins sept États membres alors que ce seuil n’a actuellement comme conséquence que de pousser la Commission européenne à « décider d’intervenir ou non », comme le précise son site internet.