16 mai 2019

C'est leur programme

Le programme de Génération.s et Déme-Diem25

Depuis le 6 mai, nous vous présentons les programmes des principales listes en lice pour les élections européennes du 26 mai (organisées le 25 mai dans les collectivités françaises situées dans l’océan Atlantique et sur le continent américain).

  • Nom de la liste. Liste citoyenne du printemps européen.
  • Tête de liste. Benoît Hamon.
  • Programme

Transition écologique. La liste soutenue par le parti Génération.s et Déme, l’aile politique française du mouvement paneuropéen Diem25, propose la mise en place d’un « Green New Deal », un plan d’investissement de 500 milliards d’euros par an, financé par les banques centrales des États membres, pour lutter contre le réchauffement climatique et les inégalités. Ce type de projet est déjà porté depuis 2009 par le Parti vert européen, qui regroupe des partis écologistes des différents pays, et l’idée a été reprise l’an dernier par certains élus démocrates américains. La liste souhaite ainsi parvenir à une « Europe zéro carbone » d’ici 2050, en finançant des investissements dans les économies d’énergie, la rénovation thermique et les énergies renouvelables. Elle souhaite également interdire aux banques « d’investir dans les projets d’énergies fossiles » et créer une Cour européenne de l’environnement, pour punir les « responsables de crimes contre la biodiversité ».

Institutions européennes. La Liste citoyenne du printemps européen souhaite établir une « Assemblée constituante européenne » pour rédiger une Constitution pour l’UE. Il n’existe pas de Constitution européenne, l’ensemble des États membres n’ayant pas réussi à ratifier un traité signé en 2004 qui visait à en mettre une en place, les Français l’ayant en particulier rejeté par référendum en 2005. Pour que les « décisions ne soient plus prises en fonction des seuls intérêts économiques d’une minorité », la liste conduite par Benoît Hamon entend réduire les dépenses des lobbys industriels et financiers et mettre en place un « lobby citoyen », regroupant par exemple des ONG, des syndicats et des citoyens tirés au sort pour faire des propositions aux députés et contrôler les institutions européennes.

Économie. La liste s’engage à ce que soit rejeté tout accord de libre-échange « engageant des reculs dans des domaines clés tels que l’agriculture, l’environnement, la santé, les métaux de base et les données numériques ». L’UE a signé pendant la dernière législature des accords de libre-échange avec le Canada, le Japon et Singapour. La liste menée par Benoît Hamon entend également mettre en place deux outils de redistribution : un impôt sur les grandes fortunes européennes et une taxe sur les transactions financières. La France dispose déjà d’un tel mécanisme, qui s’applique à tout achat d’actions d’une société française dont la capitalisation boursière dépasse 1 milliard d’euros.

Droits humains et sociaux. Génération.s et Déme-Diem25 entendent faire converger les droits sociaux au niveau européen, en proposant un salaire minimum dans tous les États membres et une assurance chômage européenne. La liste propose également de « sanctuariser le droit à l’avortement comme condition sine qua non à l’adhésion à l’Union européenne ». Aujourd’hui, l’avortement est toujours interdit à Malte et la Pologne restreint fortement sa pratique. Afin de faire face à la crise migratoire, la liste entend faire adopter un « régime commun de l’asile en Europe » pour abolir le règlement de Dublin, selon lequel le premier pays d’accueil d’un migrant est chargé d’examiner sa demande d’asile.