• Réunion des mouvements nationalistes. Matteo Salvini, vice-président du Conseil italien et dirigeant du parti anti-immigration La Ligue, a réuni samedi dernier à Milan les représentants de plusieurs partis nationalistes européens, dont le Rassemblement national, avec lesquels il prévoit de former un groupe au Parlement européen. Lors d’une conférence de presse hier, Marine Le Pen a affirmé que les « mouvements nationaux d’Europe » constitueraient au Parlement européen un groupe « qui devrait passer de la huitième à la troisième place » en nombre d’élus.

  • Marches pro-européennes. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche en faveur de l’Union européenne et contre le nationalisme dans sept grandes villes d’Allemagne, dont Berlin, Francfort et Munich. La veille, plusieurs milliers de personnes s’étaient rassemblées à Varsovie, la capitale de la Pologne, pour célébrer l’appartenance du pays à l’UE, en présence du président du Conseil européen et ancien Premier ministre polonais, Donald Tusk.

  • Dernière ligne droite. Certains Français d’outre-mer ainsi que les Slovaques, les Lettons et les Maltais sont appelés aux urnes aujourd’hui, tandis que d’autres Européens ont déjà voté, tels que les Britanniques et les Néerlandais (jeudi) et les Irlandais (hier). En France métropolitaine comme dans 21 autres États membres, le scrutin se déroulera dimanche, parfois jusque tard, puisque les derniers bureaux de vote fermeront à 23h en Italie. Les premières estimations seront données dès 18h dans sept États membres, dont l’Allemagne, à partir de 20h en France et de 23h à l’échelle de l’UE.