28 mai 2019

C'est leur avis

Les nécessaires compromis des écologistes

À l’issue des élections européennes qui ont eu lieu en fin de semaine dernière, les partis écologistes ont réussi à faire passer leur groupe au Parlement européen de 52 à 69 sièges sur 751. Florent Gougou et Simon Persico, maître de conférences et professeur de science politique, estiment dans Le Monde que le groupe des Verts pourra se faire entendre s’il poursuit sa logique de compromis [€].

« Quelle sera la capacité du groupe renforcé des Verts-ALE à peser sur les rapports de forces au sein du Parlement européen, et plus largement sur les politiques européennes ? L’affaiblissement des conservateurs et des sociaux-démocrates ouvre le jeu. Les Verts pourraient ainsi profiter des négociations qui s’ouvrent. Parviendront-ils à obtenir des vice-présidences au Parlement européen ? C’est probable. Ces positions sont importantes pour eux. Très présents dans la vie parlementaire européenne, les Verts sont habitués à la recherche de compromis qui prévaut à Bruxelles et Strasbourg. Cela leur a permis d’obtenir des victoires importantes à leurs yeux lors du mandat précédent, sur la pêche électrique ou la protection des lanceurs d’alerte par exemple. » Florent Gougou et Simon Persico