• Élections européennes. En France, la liste du Rassemblement national est arrivée première des élections européennes organisées le week-end dernier avec 23,3 % des voix, devant celles de La République en marche et du MoDem (22,4 %), d’Europe Écologie (13,5 %), des Républicains (8,5 %), de la France insoumise (6,3 %) et du Parti socialiste allié à Place publique (6,2 %). Les autres listes, dont le score n’atteint pas 5 %, n’obtiennent pas de siège de député. Au niveau européen, le groupe PPE, qui rassemble des partis de droite, a remporté le plus de sièges (179 sur 751). Le groupe des Libéraux et Démocrates (actuellement nommé ADLE), que rejoignent les élus de LREM, est celui qui a le plus progressé (105 sièges, contre 69 auparavant).

  • Projet de fusion Renault-Fiat Chrysler. Le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler Automobiles a proposé lundi au groupe français Renault une fusion à parts égales dans le but de créer un nouveau groupe qui s’imposerait comme le troisième au niveau mondial. Le vice-président du Conseil italien, Matteo Salvini, a déclaré le même jour qu’une participation de l’État italien dans le futur groupe pourrait être « requise », compte tenu de l’importance du secteur automobile dans l’économie du pays, tandis que le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire, a assuré mardi qu’il ferait « tout pour protéger les intérêts français », notamment les emplois et les sites de production en France.

  • Enfants de djihadistes. Le Défenseur des droits, une autorité chargée de défendre les droits des citoyens, a demandé mercredi à l’État français « d’adopter des mesures effectives » pour « faire cesser les traitements inhumains » subis par les enfants nés de djihadistes français et retenus en Syrie dans des camps gérés par les forces kurdes. Saisi de cette question fin 2017, le Défenseur des droits estime que la rétention de ces enfants constitue une atteinte à leurs droits garantis par la Convention internationale des droits de l’enfant, ratifiée par la France en 1990.

  • Dissolution de la Knesset. Reconduit à son poste à l’issue des élections législatives du 9 avril, le Premier ministre israélien et président du parti conservateur du Likoud, Benjamin Netanyahou, n’a pas réussi à former une coalition de gouvernement dans le délai prévu par la loi. Cette impasse l’a conduit à dissoudre jeudi la Knesset, le Parlement israélien, et à convoquer de nouvelles élections le 17 septembre. Les partis de droite arrivés en tête des élections d’avril n’ont pas réussi à s’entendre sur l’exemption de service militaire dont bénéficient les étudiants de certaines écoles religieuses.

  • Colis piégé à Lyon. Le suspect de l’attentat au colis piégé, qui a fait 13 blessés légers à Lyon le 24 mai, va être présenté à un juge antiterroriste en vue d’une mise en examen pour « tentative d’assassinats terroristes » et « association de malfaiteurs terroristes », a annoncé hier le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz. Cet Algérien de 24 ans a reconnu avoir confectionné et déposé l’engin explosif dans le centre de Lyon et avoir prêté allégeance au groupe État islamique.