6 juin 2019

Tout s'explique

Le parti social-démocrate vainqueur au Danemark

Qui a remporté les élections législatives au Danemark ?

Après quatre années dans l’opposition, le parti social-démocrate a remporté les élections législatives organisées hier au Danemark. Avec 25,9 % des suffrages, il devance le Parti libéral du Premier ministre sortant, Lars Lokke Rasmussen (23,4 %). Le scrutin est marqué par un net recul du Parti populaire danois, formation nationaliste et anti-immigration, qui passe de 21,1 % aux élections de 2015 à 8,7 %. La victoire des sociaux-démocrates repose également sur la progression des autres partis de gauche, dont le Parti populaire socialiste, principal parti écologiste, qui double sa représentation parlementaire avec un score de 7,7 %. La dirigeante du Parti social-démocrate, Mette Frederiksen, compte s’appuyer pour gouverner sur ces autres formations avec lesquelles son parti obtient une majorité absolue dans l’unique chambre du Parlement (91 sièges sur 179).

Quel est le programme du parti social-démocrate ?

« Nous allons mettre l’État providence au premier rang au Danemark », a déclaré hier soir Mette Frederiksen, citant également le climat et l’éducation parmi ses priorités. « Il est évident que nous devons recommencer à dépenser plus », avait-elle déclaré la semaine dernière à l’agence Reuters. Le parti social-démocrate se singularise par une ligne très ferme sur les questions d’immigration. Il a par exemple soutenu une loi, adoptée en 2015, permettant à la police de confisquer l’argent ou les biens des migrants pour financer le coût de leur séjour pendant l’examen des demandes d’asile. Mette Frederiksen ne souhaite pas revenir sur les mesures de durcissement prises ces dernières années par le gouvernement de droite avec le soutien du Parti populaire danois.

Comment se porte la social-démocratie européenne ?

En Finlande, les sociaux-démocrates sont arrivés en tête des élections législatives du 14 avril, dépassant de justesse le parti d’extrême droite des Vrais Finlandais. Pour la première fois depuis 2003, un Premier ministre social-démocrate a été nommé aujourd’hui. Le programme de son gouvernement de coalition prévoit une hausse des impôts et des dépenses publiques, notamment dans l’éducation. En Suède, quatre mois ont été nécessaires, après la victoire des sociaux-démocrates en septembre 2018, pour former un gouvernement de coalition avec des formations de droite. L’accord de gouvernement prévoit des mesures sociales et environnementales, mais aussi une politique migratoire plus restrictive. À l’autre extrémité du continent, le Portugal a un gouvernement de gauche depuis novembre 2015 et les socialistes ont remporté les élections générales en Espagne fin avril.