7 juin 2019

C'est leur avis

Ne pas trop commémorer la guerre

La commémoration du débarquement de 1944, qui a donné lieu mercredi à une cérémonie à Portsmouth, au Royaume-Uni, inspire à Simon Jenkins, chroniqueur du Guardian, un sentiment d’inquiétude.

« Se souvenir des guerres passées est la chose la plus dangereuse qu’une nation puisse faire. Trop de commémoration a été la base de presque tous les conflits de l’histoire de l’Europe. Nous disons que nous apprenons les leçons de la guerre, mais nous le faisons rarement. Le souvenir déforme l’histoire et la charge d’émotions. […] Les dangers pour la sécurité britannique résident désormais à des milliers de kilomètres des plages de Normandie. Ils concernent le piratage numérique, la corruption de la démocratie et la tentation de guerres par procuration. […] La Grande-Bretagne n’est pas sous une menace sérieuse. Les risques auxquels elle est confrontée demandent un maintien de l’ordre intelligent plutôt qu’un déploiement militaire traditionnel. » Simon Jenkins