• Mobilisation à Hong Kong. Le Conseil législatif hongkongais, l’équivalent du Parlement, a annoncé aujourd’hui dans un communiqué le report du débat sur le projet de loi visant à faciliter l’extradition de personnes vers la Chine continentale, dont l’examen devait commencer ce mercredi. Cette annonce survient à la suite d’un nouveau rassemblement depuis hier soir de dizaines de milliers de manifestants demandant l’abandon de ce texte, une mobilisation marquée par des affrontements avec les forces de l’ordre.

  • Neutralité carbone au Royaume-Uni. La Première ministre britannique, Theresa May, a déposé aujourd’hui un amendement pour engager d’ici 2050 son pays à atteindre la neutralité carbone, c’est-à-dire la compensation des émissions de CO2 par l’élimination d’une quantité équivalente dans l’atmosphère. Du fait de la procédure utilisée, les parlementaires n’ont pas à l’approuver et l’amendement est ajouté au Climate Change Act, un texte voté en 2008 et qui fixe des objectifs de réduction des émissions polluantes.

  • Hausse de l’emploi salarié. En France, les créations nettes d’emplois salariés (le solde entre créations et suppressions de postes) ont atteint 93 800 au premier trimestre 2019, en progression de 0,4 % par rapport au trimestre précédent, selon les chiffres définitifs de l’institut de statistiques Insee publiés ce matin. Il s’agit du 16e trimestre consécutif de hausse de l’emploi salarié et de la plus forte augmentation depuis le quatrième trimestre 2017.

  • Prison de Condé-sur-Sarthe. Une cinquantaine de surveillants ont refusé ce matin de prendre leur service à la prison de Condé-sur-Sarthe, dans l’Orne, après qu’un détenu eut retenu hier soir pendant près de cinq heures un surveillant et une stagiaire. Cette prise d’otages est survenue trois mois après l’attaque dans la même prison de deux surveillants, blessés au couteau par un détenu radicalisé.

  • Condamnations pour décrochage d’une photo. Le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse, dans l’Ain, a condamné aujourd’hui six militants à des amendes, de 250 euros fermes pour l’un d’entre eux et de 500 euros avec sursis pour les autres, pour avoir décroché un portrait d’Emmanuel Macron installé dans la mairie de Jassans-Riottier. Dans un communiqué, les militants, qui rappellent avoir agi ainsi « par indignation face à l’inaction politique en matière de climat », jugent ces condamnations « disproportionnées au regard de l’urgence climatique et des 8,70 euros que coûte cette affiche présidentielle ».