17 juin 2019

Tout s'explique

Le Rassemblement national nomme un nouveau vice-président

Qui est Jordan Bardella, élu vice-président du RN ?

Le conseil national du Rassemblement national (RN), qui réunit 120 élus du parti, a élu dimanche Jordan Bardella au poste de deuxième vice-président de l’organisation et comme membre du bureau exécutif, son organe dirigeant. Seul vice-président jusqu’ici, Steeve Briois a été nommé premier vice-président du parti. Cette élection intervient après la victoire de la liste RN aux élections européennes, dont Jordan Bardella, 23 ans, était à la la tête. Né à Drancy, en Seine-Saint-Denis, il a adhéré au Front national (FN), l’ancien nom du parti, à 16 ans et s’est engagé dans son organisation de jeunesse. Il a été nommé secrétaire départemental du FN en Seine-Saint-Denis en 2014 et a participé à ses premières élections en 2015, se faisant élire conseiller régional d’Île-de-France. En 2017, le parti l’a nommé au poste de porte-parole.

Comment le RN compte-t-il mener sa campagne pour les municipales 2020 ?

Le conseil national qui s’est déroulé ce week-end à La Rochelle visait à définir la stratégie du parti pour les élections municipales de 2020. À l’issue de la rencontre, la présidente du RN, Marine Le Pen, a lancé « un appel à tous ceux qui, à LR, n’ont pas envie d’être embrigadés dans l’armée d’Emmanuel Macron », afin d’encourager des alliances. Pour les municipales, le RN prévoit de présenter moins de listes qu’aux précédentes élections de 2014, a précisé hier Sébastien Chenu, porte-parole du parti, interrogé sur France Inter. Le parti était présent dans près de 600 villes, mais n’en avait remporté que 11. Il prévoit de se concentrer dans les villes de plus de 20 000 habitants et dans celles où le parti est conforté par de bons résultats aux précédentes élections.

Comment les scores du RN ont-ils évolué lors des scrutins français et européens ?

Le RN a réalisé son deuxième meilleur score sur le plan national lors des élections européennes de mai, avec 23,3 % des suffrages. Il avait obtenu 24,9 % des voix lors des précédentes élections, en 2014, ce qui avait constitué une percée pour le parti, qui avait réuni 6,3 % des suffrages en 2009. Le RN a présenté pour la première fois un candidat à l’élection présidentielle en 1974. Il s’agissait alors de Jean-Marie Le Pen, qui avait obtenu 0,75 % des suffrages. Le dirigeant du parti ne s’est présenté à nouveau qu’en 1988, obtenant cette fois 14,3 % des voix. Il est parvenu en 2002 au second tour, devançant le Premier ministre socialiste Lionel Jospin et faisant face à Jacques Chirac. Il a ensuite été relégué au quatrième rang en 2007. Sa fille, Marine Le Pen, s’est qualifiée au second tour de la présidentielle en 2017, en obtenant 21,3 % des voix.