• Nicolas Sarkozy et l’affaire des écoutes. La Cour de cassation, la plus haute juridiction judiciaire en France, a rejeté hier les derniers recours formés par l’ex-président Nicolas Sarkozy, mis en cause notamment pour la « corruption » d’un haut magistrat de la Cour de cassation dans une affaire dite des « écoutes », a révélé l’AFP aujourd’hui. Cette décision a pour conséquence de valider son renvoi devant le tribunal correctionnel.

  • Fin de garde à vue pour Platini. Michel Platini, ancien président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), est sorti libre cette nuit de sa garde à vue après avoir été auditionné pendant plusieurs heures dans le cadre d’une enquête sur les conditions de l’organisation de l’Euro 2016 en France et de l’attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar. Claude Guéant, secrétaire général de l’Élysée de 2007 à 2011, a été interrogé.

  • Attaques au Mali. Le gouvernement du Mali a déclaré ce matin que des « attaques terroristes » avaient été menées lundi soir contre deux villages de l’ethnie dogon, causant la mort de 38 personnes. Les violences intercommunautaires, qui ont fait plus de 500 morts parmi les civils en 2018 selon l’ONU, se sont multipliées depuis l’apparition en 2015 du groupe djihadiste du prédicateur peul Amadou Koufa.

  • Affaire Khashoggi. La rapporteuse spéciale des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, a affirmé ce matin disposer des « éléments de preuves » suffisants pour demander l’ouverture d’une enquête internationale sur « la responsabilité individuelle des hauts responsables saoudiens, y compris celle du prince héritier », Mohammed ben Salmane, dans le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué en octobre en Turquie. Après avoir dans un premier temps nié le meurtre, les autorités saoudiennes ont ensuite affirmé qu’il avait été commis par des « voyous » qui « ne sont pas des proches du prince héritier ».