• Frappes contre l’Iran. Le président des États-Unis, Donald Trump, a affirmé cet après-midi sur Twitter avoir annulé hier « 10 minutes » avant l’horaire prévu des frappes contre l’Iran qui auraient ciblé « trois sites » et auraient pu faire « 150 morts ». Ce projet de frappes visait à répliquer à la destruction d’un drone américain à proximité des côtes iraniennes, dont l’Iran assure qu’elle répondait à une violation de son espace aérien. Donald Trump dit avoir finalement estimé qu’un tel projet de frappes était « non proportionné ».

  • Succession de Theresa May. Au terme d’une série de votes éliminatoires, les députés conservateurs britanniques ont désigné hier soir l’ancien maire de Londres, Boris Johnson, et le ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, comme prétendants à la succession de Theresa May à la tête de leur parti et au poste de Premier ministre. Les deux finalistes seront départagés par un vote postal des adhérents du parti dont les résultats seront connus dans la semaine du 22 juillet.

  • Slack entre en bourse. La société exploitant la messagerie collaborative Slack, créé en 2013, a fait son entrée hier à la Bourse de New York. Lancé à un prix indicatif de 26 dollars, le titre Slack a terminé la séance à 38 dollars, en hausse de 49 %, ce qui valorise l’entreprise à environ 20 milliards de dollars.

  • Christian Jacob candidat. Christian Jacob, président du groupe des Républicains à l’Assemblée nationale, a annoncé cet après-midi dans Le Figaro sa candidature à la présidence du parti de droite, à la suite de la démission de Laurent Wauquiez. Il est le premier candidat à se déclarer à cette élection, qui se déroulera les 12 et 13 octobre et, en cas de second tour, les 19 et 20 octobre.

  • Lignes à haute tension. L’exposition aux champs magnétiques à basses fréquences, émis notamment par les lignes à haute tension, représente un risque « possible » de leucémie infantile, alerte aujourd’hui l’agence de sécurité sanitaire Anses, qui dépend du gouvernement. Elle recommande « par précaution » de ne pas installer ou aménager d’écoles ou d’hôpitaux « à proximité immédiate des lignes à très haute tension ni d’implanter de nouvelles lignes au-dessus de tels établissements ».