26 juin 2019

Tout s'explique

La politique climatique de la France critiquée

Quel bilan tire le Haut Conseil pour le climat de la politique française ?

Les objectifs que se fixe la France en matière climatique sont « ambitieux », mais les « actions engagées restent insuffisantes » pour respecter les engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris en 2015, estime dans un rapport remis hier soir au Premier ministre le Haut Conseil pour le climat (HCC). Cet organisme indépendant rattaché au Premier ministre, composé de 11 experts, a été créé en novembre en réponse au mouvement de contestation des « Gilets jaunes » pour « apporter un éclairage indépendant sur la politique du gouvernement en matière de climat ». Sur l’ensemble des quatre dernières années, la France n’a pas tenu ses objectifs de réduction d’émissions de CO2. La baisse de 4,2 % enregistrée en 2018 selon le Citepa, un organisme indépendant réalisant pour l’État un inventaire annuel, est principalement due à des conditions météorologiques favorables, en particulier un hiver plus doux, affirme le HCC.

Quelles actions sont mises en place par la France pour respecter ses engagements ?

Examiné par l’Assemblée nationale à partir d’aujourd’hui, un projet de loi relatif à l’énergie et au climat prévoit d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, c’est-à-dire l’équilibre entre les émissions de CO2 et leur élimination de l’atmosphère. La loi de transition énergétique pour la croissance, adoptée en 2015, a donné lieu à la définition de plafonds d’émissions de gaz à effet de serre par périodes de quatre à cinq ans jusqu’en 2028. En 2017, un « plan climat » voté par le Parlement fixe à 2022 la fermeture des dernières usines à charbon et à 2040 la fin de la vente des voitures essence et diesel, une transition que le gouvernement tente d’encourager par diverses aides à la conversion. Adopté en 2018, un plan favorisant la rénovation énergétique des bâtiments prévoit un investissement de 14 milliards d’euros sur cinq ans pour améliorer l’isolation des constructions les plus perméables.

Que recommande le HCC pour que la France respecte ses objectifs ?

Le Haut Conseil pour le climat estime que l’objectif de neutralité carbone en 2050 « est techniquement réalisable, mais implique une transformation profonde de l’économie et de la société à grande échelle ». Il formule sept recommandations, comme s’assurer systématiquement de la compatibilité des lois et des investissements publics avec l’objectif de neutralité carbone. Les investissements publics défavorables au climat atteignent 75 milliards d’euros en 2017, selon le HCC, dont 98 % consistent en l’achat de véhicules thermiques. Le Haut Conseil suggère également d’augmenter le prix du carbone en supprimant notamment les subventions aux énergies fossiles, qui sont majoritairement des exonérations de taxes et qui ont plus que doublé en 10 ans pour atteindre 6 milliards d’euros en 2017, « tout en accompagnant les entreprises et les ménages impactés par ces suppressions ».