27 juin 2019

Tout s'explique

Assassinats politiques en Éthiopie

Quel est le bilan des attaques en Éthiopie ?

Les autorités de l’Amhara, l’une des neuf régions autonomes de l’Éthiopie, au nord du pays, ont annoncé hier que des attaques commises entre samedi et lundi avaient fait « des dizaines de morts ». Au cours de ces attaques, cinq hauts responsables politiques, dont le chef d’état-major de l’armée nationale et le président de la région Amhara, ont été assassinés. Leurs funérailles ont eu lieu hier. Le bureau du Premier ministre, qui a qualifié ces événements de « tentative de coup d’État » contre le gouvernement de l’Amhara, a accusé ce week-end le chef de la sécurité de cette région, le général Asaminew Tsige, d’en être le commanditaire. Ce nationaliste ethnique Amhara a été tué lundi par la police. Plusieurs dizaines de membres et sympathisants d’un parti nationaliste Amhara ont été arrêtés aujourd’hui.

Qui détient le pouvoir en Éthiopie ?

Premier ministre depuis avril 2018, Abiy Ahmed est le premier dirigeant issu de l’ethnie Oromo, la plus nombreuse. Il a succédé à des Premiers ministres appartenant, depuis 1991, à la minorité tigréenne. Avant cette date, c’était la communauté Amhara, deuxième ethnie du pays, qui le dirigeait depuis le IXe siècle. En 1995, l’Éthiopie a été divisée en neuf régions établies sur des bases ethniques. Après son arrivée au pouvoir, Abiy Ahmed a signé un accord de paix avec l’Érythrée voisine. Il a fait libérer des milliers d’opposants politiques et légalisé des groupes politiques armés dans une volonté de « réconciliation nationale ». Interrogé par Francetv, le chercheur français Gérard Prunier estime qu’Abiy Ahmed a « sous-estimé la puissance des nationalismes ethniques ». Les tensions entre communautés ont entraîné le déplacement de plus de 1,5 million de personnes supplémentaires en 2018, selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Quelle est la situation économique de l’Éthiopie ?

L’Éthiopie, deuxième pays le plus peuplé d’Afrique avec 105 millions d’habitants, enregistre depuis 10 ans une croissance annuelle de l’ordre de 9 %, selon les données de la Banque mondiale. Si la pauvreté a reculé, le revenu par habitant, qui s’élevait à 768 dollars en 2017, est l’un des plus bas au monde. En juin 2018, Abiy Ahmed a annoncé sa volonté de privatiser plusieurs entreprises, dont la compagnie aérienne Ethiopian Airlines et le producteur d’électricité Ethiopian Electric Power. Premier pays contributeur de troupes aux opérations de maintien de la paix des Nations unies avec 7 500 Casques bleus, l’Éthiopie est, selon le ministère français des Affaires étrangères, « un acteur-clé pour la stabilisation de la Corne de l’Afrique ». Le pays est aussi, en Afrique subsaharienne, l’un des premiers pays d’accueil de réfugiés, principalement en provenance d’Érythrée, de Somalie et du Soudan du Sud.